26 février 2007

Poème du jour

Bordel... on aura tout vu!





Mais qu'est-ce donc petite chérie

Que cette chose dans ta bouche

Qui descend jusqu'à ton nombril

Et que tu crains que l'on ne touche?


C'est une longue soie dentaire.

Qui est là déjà depuis hier

Et qui n'est pas vraiment coincée

Pour tout dire, elle est attachée


Maintenant, tu dois être sage

Tu dois faire preuve de courage

Une délicate opération

Permettra sûrement l'extraction


De ce truc visqueux qui pendouille

Mais fais gaffe, car si ça chatouille

Le plus infime faux mouvement

Fera venir la fée des dents


Voilà que tout est résolu

Mais saurons-nous avec le temps

Qui a donné à tes parents

De telles idées saugrenues?





Jeu de mots du jour

CÔTÉ ESTIME DE SOIE, ILS EN ARRACHENT







...

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Vous êtes sérieux?!?

janis0-0 a dit…

Aouch!! Mauvais souvenir d'un bruit de porte et d'une dent en moins pour moi!! Misère;-)

Myshaele a dit…

Cher Prof Malgré Tout, viens faire un tour sur mon espace stp, si tu as 2 minutes. Je demande ton avis dans mon dernier billet! Ca serait très apprécié!

Myshaele
www.myshaele.blogspot.com

Hesperion a dit…

"Soie" de Alessandro Baricco
Ce minuscule roman contient une simplicité de mots qui nous bouleverse du début à la fin. Comme un adagio de... je ne me rappelle plus qui au juste mais c’est un incontournable. Ô!Ô

Prof malgré tout a dit…

J'en prends note Hesperion.

À propos du poème, la petite n'était même pas traumatisée. Ce matin, elle m'a montré ses autres dents qui poussent derrière celle qu'on voulait arracher.

Moi, si on me faisait passer une nuit avec une soie dentaire coincée entre les dents, je serais bon pour l'asile.

Zed Blog a dit…

Faut pas mettre l'arracheur dedans trop vite...(malgré que...)

...car il y a des enfants qui sont prêts à tout pour éviter un petit tour chez le dentiste. Mais raconté comme tu le racontes, j'avoue qu'Aurore regarde du coin de l'oeil... et que je ne sais pas trop quoi penser. Pas trop matisée? Bon. Alors, Bin coudons.

Et le fil autour de la dent, attaché après une poignée de porte, c'est un truc vieux comme le monde, non?

« qu'on voulait arracher ». Ça a marché?

;-)

Prof malgré tout a dit…

Pas très clair mon poème...


Cette petite n'est pas mal traitée. La preuve : elle a toujours cette dent. Les parents avaient surement peur de lui faire mal...

Ils avaient aussi sans doute peur de lui faire mal en enlevant la soie... hum... Il m'en manque un bout là.

Mais en résumé, ce n'est pas parce qu'on est épais qu'on est méchants!

Zed Blog a dit…

Cher PMT,

Comment on poème pourrait-il être clair, puisque la situation ne l'est pas non plus. Ton poème est ambigu, comme la situation et comme ce que tu en as probablement perçu.

Heureusement que les enseignant restent en alerte.