19 février 2007

Le bonheur, c'est chimique

Dans le couloir, je croise un élève. Il n'a pas l'air de filer trop fort le petit.

Moi : Salut! Ça ne va pas?

Lui : Heu heu...

Moi : Qu'est-ce qu'il y a?

Lui : Non non... ça va...

Il s'éloigne, l'air complètement déprimé. Je poursuis mon chemin et arrive près des classes T.C.*. La petite Océane, 7 ans, virevolte allègrement dans le couloir.

Océane : Hiiiiiiiii!!!! AaaaaaaaaaaahhhHH! Ouuuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiii! Aiiiiiiiiiiiiiiiyouilllllllllliooooou!

Moi : Ça va Océane?

Océane : Oui!

Elle reprend sa litanie, mais encore plus intensément.

Océane : Haaaaaaaaa! Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii! GaaaaaAAAAAAAAAAArggggggggrrrrrrrrr! (un truc du genre).

Moi : Tu es certaine que ça va? Je trouve ton comportement un peu étrange.

Océane : Oui oui, ça va. C'est juste que je n'ai plus de pilule. Mes pilules sont finies... il faut en acheter d'autres... Haaaaaaaaaaa. Bientôt.... HéééééééééééHiiiiiiiiiiiiiii... Peut-être... AaaaaaaaaaaaaH! Guooooooooiiiiiiiiaaaaaaeuuuuuuuuu! Je sais pas... Haaaaaa Heuuuuuuuuu Hiiiiiiiiii Hooooooooooo Bou!

Moi : Et tu vas où comme ça?

Océane : Haaaaaaaaaaaaa. Ben, dans ma classe, ç't'affaire! Haaaaaaaaaaaaa... Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.... Gaaaaaaaaaaaaaaaaaa...

Et la petite toupie retourne vers sa classe.









*T.C.= Trouble de comportement.

10 commentaires:

Dame Galadriel a dit…

Une dure réalité à laquelle vous faites face.

Prof malgré tout a dit…

Dame : Effectivement. Par contre, il ne faut pas trop se laisser attendrir. Les enseignants ont une mission : instruire, qualifier et socialiser. (C'est le ministre qui le dit...)

Peu importe le problème de l'enfant, il faut garder ça en tête. La plupart des problèmes de ces élèves les suivront toute leur vie. C'est une raison de plus pour qu'ils apprennent la lecture, les maths et surtout, les arts (gnark gnark gnark....), malgré leurs crises et autres états hors du commun.

Trop facile de se trouver une raison pour ne pas faire le travail. C'est un pattern qu'il faut briser.

Mais j'avoue que parfois, ça fesse dans le dash.

Prof malgré tout a dit…

En passant, je trouvais ce billet plutôt humoristique... Ouch. J'ai besoin de vacances?

Dame Galadriel a dit…

En fait, il m'a fait sourire parce qu'il m'a fait penser à certains de nos patients qui font un délirium post-op mais ma conscience m'a un peu ralenti! :) (je vous l'ai déjà dit...les enfants plus difficiles pour moi surtout depuis que j'en ai)

De plus, contrairement à ces jeunes mes patients "reviennent" en général de leur délirium...donc, ça nous donne des faits cocasses pour allèger nos peines au poste!

Faut croire que patient ou étudiant sont de bonnes victimes pour nous permettre d'alléger nos journées de labeur!!! :)

Prof malgré tout a dit…

Excellent! Maintenant que c'est clair que nous sommes de bonnes personnes, on peut se bidonner un peu!

Non mais bordel, comment on pourrait survivre sinon?

Dame Galadriel a dit…

lol, comme vous avez raison!!! L'humour c'est le meilleur remède à bien des maux! :)

Delphine Bergeron a dit…

:-)

Elle a l'air adorable.

Prof malgré tout a dit…

Delphine : Sans blagues, elle est vraiment tripante. Sur son pupitre, il y a un espace permanent réservé à la pâte à modeler. Son prof et son éducatrice, qui sont des dures à cuire et qui en ont vu d'autre, tolèrent ça... héhéhé. Océane (nom fictif bien sûr) rules!

Dobby a dit…

Lol..... j'en ai un comme ça dans ma classe de maternelle... J'ai jsute envie des fois de le prendre dans mes bras pis de lui faire faire l'avion. C'est drôle, mais à force des fois, la madame en peut plus, surtout qu'il parle tellement fort c'est fou! Mais là il est sous médication. Ça se tasse, mais ça me manque le voyage en avion de temps en temps.

Zed Blog a dit…

Ouiiii, le bonheur, comme la dépression, c'est chimique, mais il y a souvent des conditions à l'extérieur de l'individu qui font varier cette chimie.

Océane ressemble peut-être parfois au triangle des Bermudes... En souffre-t-elle? Est-elle consciente et/ou malheureuse de sa condition? Exprimait-elle son angoisse en l'absence possible de médicament ou son excitation en songeant qu'ele allait enfin ne pas en voir? Belle idée la pâte à modeler.

Bien que non enseignante, je me souviens d'expériences extraordinaires, il y a longtemps, avec des groupes de TC, dans un contexte où j'avais eu à organiser différentes activités s'adressant à la communauté, et combien les causes de leur problématique étaient diverses, aussi.

Oui, l'art est un vocabulaire qu'ils manient comme une langue maternelle. Le fait que ce soit individuel semble y être pour beaucoup.

Je me souviens qu'ils se jugeaient beaucoup eux-mêmes à travers leurs compagnons. Ils ne s'aimaient pas beaucoup entre eux et ne voulaient pas être assimilés au reste du groupe. Bon, c'était un groupe complet de TC et TA (troubles d'apprentissage). Est-ce seulement une impression ou c'est comme ça?

Zed :)