23 février 2008

Le festival de l'homonyme

L’an dernier, j’déconnais avec l’ortho. On cherchait la phrase avec le plus d’homonymes possible. J'ai décidé aujourd'hui de partager avec vous, en primeur, le résultat de notre dur labeur.



«Jamais de ma vie, je ne me vis vis-à-vis un tel vit.»



Plus original qu’avec vert, vers, vair, etc.






...

5 commentaires:

Hortensia a dit…

On dirait du Sade!

Prof malgré tout a dit…

Héhé... J'n'y avais même pas pensé.

Tu as lu Les Onze Mille Verges d'Apollinaire? Je n'ai pas réussi pour ma part, mais j'y ai appris que j'avais des limites!

Valérie-Ann a dit…

C'était facile de deviner que ça finirait en phrase coquine... Pourquoi ce genre d'exercices fini toujours en phrase coquine? Et je ne fais pas exception...

Hortensia a dit…

PMT, oui, quand j'étais étudiante, je me suis rendue au bout des Onze mille verges par acquis de conscience et aussi parce que, malgré tout, il y a beaucoup d'humour noir là-dedans. Dans un cours sur la littérature érotique, on avait aussi fréquenté Sacher-Masoch et Sade, bien entendu. Je me souviens qu'avec des copains, on s'était amusé une soirée de temps à recréer (avec des poupées Barbie à 1$) certaines des scènes décrites par Sade et qui se sont parfois révélées physiquement impossibles à effectuer, même avec des Barbie, si tu vois ce que je veux dire. Ça aurait pris le Cirque du soleil et encore! :-)

Anonyme a dit…

la reine tint les rènes des rennes et des raine(ette) !