17 novembre 2007

La charmante petite école

Dans les récits mythologiques et dans les romans médiévaux, il est souvent question de tribut que certains royaumes doivent payer à leur voisin plus fort. La marchandise consiste souvent en une poignée de jeunes gens blonds, bien roulés et vierges.

Croyez-vous vraiment que les choses ont changé?



Imaginez cette charmante petite école située au centre d’un chouette parc dans un quartier tout aussi chouette. Dans cette école, les enfants font de la musique. Pas une période par semaine, mais plutôt 40% du temps. Ouais... Ils se tapent le reste en 60%. Faut le faire? Ça dépend de qui est dans la classe.

Vous vous dites sûrement que les enfants de ce quartier sont très performants...

Vous vous plantez. Ils sont juste blonds, bien roulés et vierges et surtout, ils ne sont pas de ce quartier.

Chaque année, cette charmante petite école oblige ( Oui, oui... oblige. C’est une mesure des commissaires) les «écoles sources» qui sont en milieux défavorisés à faire passer un test d’aptitude musicale à tous les élèves de première année. Si un enfant réussit le test avec brio, est autonome, est très fort à l’école et surtout, ne présente aucun trouble de comportement, nous devons envoyer sa candidature pour la charmante petite école.

À première vue, c’est génial. Fréquenter la charmante petite école versus celle où j’enseigne, c’est comme venir au monde en Suisse plutôt qu’au Burkina Faso. J’exagère à peine...

Non, mais... quelle belle occasion pour un enfant en milieu défavorisé!

On nous prend pour des cons ou quoi? Sans blague... Cette charmante petite école, elle fait ça pour être charmante ou elle a des subventions pour le faire? Ou tout simplement veut sa part du gâteau des mesures de soutiens d’aide è l’école montréalaise... Pitié, dites-moi quelqu’un qu’ils ne reçoivent pas de fric pour venir chercher nos bons élèves.

Hein? Je suis un salaud? Je ne pense qu’à moi et à mon école? Come on...

Qui croyez-vous réussit avec brio le test de mesure d’aptitude musicale, est premier de classe, est autonome et n’a aucun trouble de comportement, l’enfant en HLM ou l’enfant qui habite dans les condos de luxe qui viennent d’être construits dans le quartier? Y a aussi celui que ça prend un permis pour réparer une brique de sa piaule, car la maison est «bas les pattes! c’est du patrimoine ce truc».

Chaque année, sur les trois ou quatre enfants qu’on leur envoie, il y en a peut-être la moitié d’un qui est défavorisé. Croyez-moi, des parents d’élèves de maternelle à qui je n’enseigne même pas encore viennent me téter (je n’ai pas de meilleur mot) pour savoir comment envoyer leur marmaille dans la charmante petite école l’année suivante. Le pire, c’est qu’ils n’en ont rien à cirer de la musique et de l’intérêt de leur enfant pour la chose. Ils veulent seulement sortir leur petit chéri du milieu, même quand l’enfant de répond pas aux critères de sélection...

C’est légitime? Pas avec mes taxes. Surtout que la plupart sont pas mal plus friqués que moi...

Donc, la charmante petite école, c’est comme un anti Robin des Bois. Ça vole aux pauvres pour donner aux riches et nous, on perd les élèves les plus forts. C’est temps-ci, pour les décrire les bons élèves, le mot à la mode est «locomotive». Ça prend ça dans un groupe. Déjà qu’il y a trop de wagons dans nos trains... s’il faut qu’on enlève les locomotives... Pfff.

Je vous implore donc, quelqu’un, n’importe qui, ceux qui ont des blogues sérieux sur l’éducation, dites-moi que je me plante. Dites-moi que la charmante petite école n’a pas de subvention pour venir chercher nos élèves friqués.

Pitié... parce que moi, éthiquement parlant, je commence à avoir un sérieux problème, car les petits friqués qu’on envoie dans cette école sont certes très gentils en classe, mais ce ne sont pas eux les bons musiciens de ma gang.

Dans mon monde, les bons musiciens n’ont pas à être blonds, bien roulés et vierge.







...

14 commentaires:

Zed Blog a dit…

Prof malgré tout,

Ce n'est pas facile, la situation actuelle dans les écoles. L'école publique est souvent un fourre-tout défavorable à celles et ceux qui possèdent intelligence et aptitudes. On nivelle par le bas. Comme pour le reste.

Et... comment développe-t-on intelligence et aptitudes dans des conditions économiques (et familiales) ne le permettant pas.
Défavorables aussi aux élèves en difficulté.

La seule solutionne, c'est peut-être, cher Ramone, la révoloutionne...

Sérieusement, c'est tout le truc qui est pourri. C'est devenu honteux de se démarquer.

Il me semble que tu en avais parlé, d'ailleurs dans un billet il y a plus d'un an. Tu sais, cette manie qu'on a d'avoir honte des intellos, de celles et ceux qui possèdent (par leur mérite, mais aussi à force de courage, de détermination, de travail) des diplômes? Combien ils ne sont pas reconnus, etc.

Pierre-Laporte, c'est public, je crois? C'est encore concentration musique? Qu'en penses-tu, si c'est le cas? Niveau secondaire, je crois?

Zed

Prof malgré tout a dit…

Je n'ai aucun problème avec les écoles avec des concentrations ou des projets spéciaux. L'école dont je parle est une école primaire et elle est publique.

Ce qui me dérange, c'est quand le fric qu'on injecte pour donner une chance au plus démunis sert aux plus friqués.

C'est comme si par exemple, tu fais un don à une oeuvre de charité pour aider à lutter contre la famine dans un pays africain et que ton fric finit dans la cave à vin du dictateur en place.

Prof malgré tout a dit…

aux...

Zed Blog a dit…

Prof malgré tout,

Oui, ça j'avais compris, bien sûr et je suis d'accord, bien sûr aussi.

Solutions??? J'espère que tu en as plus que moi.

Et pour te faire rigoler un peu, je peux te dire, d'expérience, maintenant, que refaire des fondations (...) c'est de l'ouvrage en citron et que ça n'en finit plus, les dégâts colatéraux.

Mais c'est parfois nécessaire.

Zed

Gooba a dit…

Je réponds à ton appel...

Prof malgré tout a dit…

Gooba : Sympa!

Zed :Bordel que tu laisses de la place à l'interprétation... héhéhéhé.

Dobby a dit…

Je ne peux pas te dire s'ils ont des subventions. Mais, probablement que oui, étant donné qu'ils amènent les "données" socio-économiques de leur milieu avec eux (si je ne m'abuse?). En tout cas, tu ouvres mes ptits yeux de "prof pas trop au courant de comment ils choisisent leurs élèves" à la charmante école. Pour avoir travaillé dans une autre des écoles qui sert de "pouponnière" à la charmante école, je réalise grâce à ce que tu dis qu'effectivement, les parents couraient après les offres de place. Moi, en tant que suppléante à durée indéterminée, je ne savais pas trop que dire, alors je les référais à la direction.

Ce que je peux dire, par contre, c'est que je n'ai foutrement pas eu de plaisir à suppléer à la charmante école. Zéro accueil, me suis faite garrochée sans tambour ni trompette dans un local (que j,ai dû chercher moi-même), me suis retrouvée à enseigner à 4-5 groupes différents sans trop savoir qui comment où et en sachant de justesse quoi, et ils ont des horaires de fous bon sang! La seule chose qui est "mignonne", ce sont les enfants qui dansent, chantent et swignent partout entre les cours.

Brigit a dit…

Putain ! (oups)
Tu fais mal ce matin PMT
'Donc, la charmante petite école, c’est comme un anti Robin des Bois. Ça vole aux pauvres pour donner aux riches et nous, on perd les élèves les plus forts. C’est temps-ci, pour les décrire les bons élèves, le mot à la mode est «locomotive». Ça prend ça dans un groupe. Déjà qu’il y a trop de wagons dans nos trains... s’il faut qu’on enlève les locomotives... Pfff
Dans mon monde, les bons musiciens n’ont pas à être blonds, bien roulés et vierge'

Je n'ai pas de blog sérieux, a été délégué de parents d'élèves des années, j'ai jété l'éponge, mis mon fils dans le privé où il s'éclate. Ca me coute la peau des fesse mais m'en fous ! il est pas blond, je sais pas pour le reste, mais quand il s'éclate à la guitare en refaisant Carmina Burana version... rock, punk... etc. je regrette qu'il n'ait pas eu PMT ou un semblable.
Brigit

Prof malgré tout a dit…

Brigit : On se serait bien entendu... moi aussi je trash Carmina Burana à la distorsion. mais il ne faut pas se faire d'illusion: j'enseigne une heure par semaine à chaque groupe... Mais y a le projet. Là, on vit vraiment quelque chose.

De toute façon, ce blogue est une oeuvre de fiction... y a pas de charmante petite école... Faites pas attention à Dobby. Elle ne prend jamais son Ritalin le dimanche.

Anonyme a dit…

Oh! que ça me fait du bien d'entendre ces paroles de quelqu'un de l'intérieur. Ma fille est maintenant au cégep mais tout au long de ses années d'étude primaire et secondaire, J'ai ressenti ce que tu décris. Ma fille a un talent fou en musique, elle n'était pas au-dessus de la moyenne au niveau académique et nous ne sommes pas fortunés. Donc pour soutenir son talent nous avons dû débourser à forts coûts pour des cours privés à l'extérieur de l'école. Et là je ne vous raconte pas ce que le PEI draîne comme ressources -financières, matérielles et humaines- à l'intérieur d'une polyvalente. Tous les profs-ou presque- ont un projet génial à réaliser avec ces élèves. Mais malheureusement il semble qu'ils ne réalisent pas qu'ils laissent derrière un lot d'étudiants qui n'avaient comme seul malheur de ne pas être plus forts que la moyenne en français ou en mathématique. Et que dire du décalage aux auditions d'entrée des cégep en musique, certains auront eu 40% de leur temps à se consacrer à la musique gratuitement, les autres auront payé 34$ l'heure de cours.

ah.. merci.

anioshka

Dobby a dit…

C'est pas mon Ritalin que je ne prends pas prends pas la fin de semaine, ce sont mes hallucinatoires... Ce sont eux qui m'empêchent de voir des sons et d'entendre des images pendant la semaine. Mais ce qui est hot, c'est de ne pas les prendre en regardant une affiche de John et Yoko.

Anioshka: C'est effectivement injuste... tout ça pour lui faire le plus beau cadeau du monde, respecter son talent. Mes parents ont fait pareil, pour ce goût de la musique que j'ai, et ils n'étaient pas riches. Je ne suis pas la meilleure loin de là, mais j'aime ça. C'est le plu beau cadeau qu'ils m'aient donné, ces neuf ans de piano (même si j'en avais mon quota des pièces imposées hihi).

Dobby a dit…

mes anti-hallucinatoires, évidemment.... voyons!!!

Anonyme a dit…

Après avoir lu ça, tout est confirmé pour moi. C'est officiel que je ne crois plus à l'élite rassemblée en vase clos.

La musique (au primaire) ça passe par la rencontre de tous les niveaux: pourri,faible,moyen,fort et très fort et j'dirais même plus comme les "Dupont" c'est essentiellement là que la plupart des enfants se font une idée...

C'est la rencontre de tout ça qui fait c'que nous serons dans 20 ans de toute façon. Pöurquoi essayer de l'éviter?

Je n'crois pas plus aux endroits favorisés qu'aux autres défavorisés finalement.

Bref, c'que j'veux dire c'est qu'il ne sert à rien de créer une élite puisque de toute façon, cette même élite se retrouvera peut-être pareil dans "marde" un jour ou l'autre. On en a la preuve tous les jours!!!
Profdemusicmouétou

Alcolo a dit…

J'ai lu, à travers le bouillard de mots, je me suis dit à moi-même que tant qu'à devoir subir ce que vous semblez définir ici, ils sont peut-être aussi bien de faire de la musique!