11 juin 2007

Impossible de résister

Ça fait quelques fois que je lis son blogue. Hi-la-rant!!! Ben quoi? Vaut mieux en rire...


Vous avez lu tout Ionesco et vous vous êtes tapé les Monty Python déjà trop souvent pour votre conjoint?

N’ayez crainte, car votre quête de l'absurde arrive à sa fin!

Lisez ce blogue. C'est succulent. Je suis certain qu'elle fait semblant. Y a quand même des limites à être...

Elle est tellement géniale que même votre serviteur mord régulièrement à l'hameçon et lui laisse des commentaires. Malheureusement, comme ses modérateurs sont jaloux de moi et ne veulent pas qu'elle devienne mon amie, ils me censurent... sni-fe, sni-i-i-fe.





Mais ici...





Y a pas de censure!







Chère Claudine,


Je vous cite dans votre réponse à Wiipod:

«Vous auriez du écrire:

Pourquoi ne suis-pas surpris de voir Madame Potvin défendre...etc?

Donc, pour les leçons, vous repasserez svp.»

Bien entendu, vous corrigez certaines de vos erreurs dans les commentaires suivants. Certaines... Je ne parle pas de l’absence de l’accent circonflexe sur le «u» ni du «je» qui découle manifestement d’un manque de concentration ou de maîtrise du clavier. Mon approche holistique m’empêche de vous en vouloir pour ça, mais saviez-vous que l’abréviation de «s’il vous plaît» est «s.v.p.»? Eh bien oui! Il faut mettre des points. Comme d’ailleurs après «etc.»...

Pour terminer, «madame» ne prend pas de majuscule dans ce cas. Je vous épargne tout de même la règle.

Voici ce que vous auriez pu répondre à ce cher Wiipod:

«Vous auriez dû écrire:

Pourquoi ne suis-je pas surpris de voir madame Potvin défendre... etc.?

Donc, pour les leçons, vous repasserez s.v.p., espèce de chien fini.»


J’espère que vous corrigiez vos élèves avec un peu plus de rigueur que vos lecteurs. Quoique j’ignore où et dans quelle matière vous avez enseigné (pitié, de nous dites pas que c’est le français), je suis bien heureux que vous fassiez maintenant carrière comme agitateur de masse sur le Web et dans le Journal de Montréal. Vous ne faites donc plus partie des statistiques qui pointent du doigt (à vous de choisir lequel) le faible niveau de maîtrise du français des enseignants québécois. Alléluia!

Heureusement, les élèves montréalais sont, en principe, immunisés contre les cancres grâce à l’épreuve du Céfran. Vous connaissez?

Je vous souhaite sincèrement bonne chance dans votre nouvelle carrière et je pense que vous avez trouvé votre place: à l’extérieur des écoles.

Une dernière chose : j’espère que vous ne partez pas en croisade lorsque l’enseignant d’un de vos enfants fait une faute d’orthographe en vous griffonnant un message à la fin d’une journée de travail.


Prof Malgré Tout




Bordel... c'était plus fort que moi.








C'est Chroniques Blondes qui, la première, m'a traité de chien fini. J'étais tellement ému qu'elle daigne me répondre. Vous voyez ce que je suis réduit à lire maintenant qu'elle ne blogue plus? Claudine est mon seul espoir...



...

35 commentaires:

Le professeur masqué a dit…

Cher PMT,

Les mots me manquent pour décrire madame Potvin (notez la minuscule). Il faut avouer qu'écrire sur la qualité du français en truffant son texte de fautes, c'est pas mal du tout...

À un moment donné, on se prendra une bière ensemble si vous le voulez et je vous raconterai une histoire qui me vaudra une deuxième tournée, je vous le garantis.

Deux choses que je peux vous dire cependant: vous n'êtes pas le seul à vous plaindre au JdeM à propos de la madame. Quant aux qualifications de cette chroniqueure, cherchez un peu...

Pascal a dit…

Je me demande encore si c'est une maladresse, une faute de frappe, ou un piège, mais... « je suis bien heureux que vous faisiez » ?

Vous auriez dû écrire :
«  je suis bien heureux que vous fassiez maintenant carrière ».

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Professeur (eh ! oui), l'expression de ma considération, etc.

Prof malgré tout a dit…

Pascal : Merci de me la signaler. Je la corrige à l'instant.

Vio a dit…

Mme Potvin n'est pas une chroniqueure que je lis, et je suis heureuse de savoir que ce manque d'intérêt permet de m'épargner des pénibilités de la sorte!

Merci, Prof Malgré Tout!

Hortensia a dit…

J'admire votre courage et votre humour PMT.
À chaque fois que j'essaie de lire un billet de madame Potvin (généralement parce que quelqu'un, sur un blogue que j'aime, suggère d'aller lire un de ses éclairants commentaires), je commence ma lecture avec détermination et, à la deuxième phrase, ce qui correspond habituellement à la 5e erreur rencontrée, je décroche. Je n'y peux rien, je n'arrive pas à me rendre au bout. Pourtant, je fais des efforts. Un jour, peut-être, j'y arriverai...

Martin a dit…

Je serais tenté d'ajouter que si c'est une madame qui parle dans la citaion, il faudrait dire «Pourquoi ne suis-je pas surprise...» Puisque le participe passé s'accorde en genre et en nombre avec le sujet si le verbe est conjugué avec l'auxiliaire être...

hihihi!!!!

Anonyme a dit…

Pour bien rire, il faut absolument appeler sa compagnie. Après quelques coups dans le vide, on entend clairement la boîte vocale embarquer.

Bienvenue chez Blablabla, toutes nos lignes sont présenteemnts occupées [...]. Afin de garder votre priorité d'appel, veuillez nous laissez un bref message. !!!!

Comment tranformer une simple boîte vocale à 4$ par mois en centre d'appel de service à la clientèle.

Je garde l'anonymat parce que vu ma position, je ne peux pas vraiment me prononcer pour ou contre madame Potvin. Mais j'aimerais vraiment qu'un journaliste jette de la lumière sur sa formation bien nébuleuse. Peut-être que quelqu'un peut attirer l'attention de Pat Lagacé.

Prof malgré tout a dit…

Martin : Elle cite un mec. Peut-être qu'elle est prof de bio... ou de sexo!

Natcho a dit…

On ne peut remplacer Chroniques blondes, voyons! Il faut soit en faire son deuil, soit relire ses billets archivés. Je sais... c'est dur...

Prof malgré tout a dit…

Ils n'ont jamais publié mon commentaire. C'est certainement dû à l'erreur que Pascal a signalé plus haut. C'est important pour eux la qualité du français écrit.

Par contre, ils publient ceux de Martin...

bibco a dit…

Eh ben...pour avoir déjà écrit des commentaires ici-même et ailleurs à des heures indues et avoir de ce fait "fôter" légèrement, je trouve lassant ces duels de corrections épistolaires.
Je me flagelle à l'avance pour toutes mes prochaines fautes et, espérant obtenir la clémence des plus intransigeants lecteurs, j'en viens donc au fait. Madame Potvin est au blog ce que certains maires et autres grands parleurs sont à la radio. Pour ma part elle peut bien écrire ce qu'elle veut, je ne la lis pas, n'accorde aucune foi à ses propos et ne ressent qu'une vague irritation en voyant qu'encore une fois, certaines presses aiment à citer les petits de ce monde pour faire vendre leurs journaux. Cher prof, si j'avais un journal, je ne vous bifferais pas le commentaire mais comme ce n'est pas le cas, je me contente donc de vous lire avec plaisir :-). Bon, je vais aller me relire et me corriger le cas échéant.

la marâtre a dit…

LOL faut croire qu'elle vous prend pour PM ou moi, personna non grata sur son site pour vous bloquer ainsi systématiquement! lol

Prof malgré tout a dit…

Bibco : Je ne la lis pas aussi souvent que je le prétends. Ses billets s'adressent à un public qui ne connaît pas le milieu de l'éducation et comme elle censure les commentaires qui lui déplaisent, je ne vois pas l'intérêt de participer à son blogue.

Par contre, quoiqu’incohérent,par son ton méprisant, son sens unique et son manque de jugement, son discours nuit gravement à la profession. Je vous rappelle que ses lecteurs la considèrent pour la plupart comme une enseignante. Elle qui refuse de donner des détails sur son expérience en enseignement ou tout simplement sur sa scolarité s'adresse à un très public large. J'avoue que ça vient me chercher, car une partie de la population est prête à croire ce que Claudine Potvin raconte. Je me ferai donc un détracteur amateur et à temps partiel de son blogue. Faites de même du mien, on est ici pour rigoler. La seule chose sur laquelle je tape sérieusement ici, c'est la flûte à bec et parfois sur le ministère, mais ce n’est jamais méchant. Alors, laissez vous aller!

On ne va quand même pas la laisser dire n'importe quoi sur nous sans au moins rigoler un peu.

Tous en choeur : VENGEANCE! VENGEANCE! (une petite inside pour les initiés)

bibco a dit…

ok d'abord ;-)

Le professeur masqué a dit…

Sa formation? Elle en a une? Plus sérieusement, cher PMT, je partage votre point de vue. Mme Potvin jouit d'ue tribune médiatique et elle en fait un usage discutable. Je ne comprends toujours pas ce que fait un billet sur la manifestation des cyclistes nudistes sur son blogue.

Elle se prend au sérieux, elle se croit, je pense... Peu d'esprit autocritique, peu d'acceptation de la critique... et surtout une vision tronquée du métier d'enseignant. Sans parler de la qualité de son français plutôt «holistique»!

Prof malgré tout a dit…

Héhéhé... c'est contagieux son truc. Mon dernier commentaire est vraiment mal écrit. On dirait un anglophone dyslexique...

Mais c'est l'fun! Tu m'as fait rigoler Bibco!

Prof malgré tout a dit…

Prof Masqué : Déclarons le 12 juin "Journée Holistique Internationale". Peut-être que Claudine acceptera d'être notre porte-parole en cette première et historique JHI.

Hein? Le 12 juin???!!! Bordel!!! C'est un grand jour!!!

Le professeur masqué a dit…

Vous croyez que Mme Potvin connaît le mot «holistique»? Elle doit penser que c'est une ville à côté d'Hollywood.

Anonyme a dit…

Par malheur, je suis venue voir ce que vous aviez d'intelligent et de pertinent à dire prof malgré tout. Bien qu'à certains moments vous ayez embarqué à pieds joints dans cette vendetta truffée d'envie, d'atteinte à la réputation et surtout d'obsession compulsive de me détester (comme il l'a si bien écrit) du prof masqué (qui ne le sera plus pendant bien longtemps). J'ai toujours compris à travers vos billets que vous étiez un prof près de ses élèves, intelligent et dévoué. Malgré vos "bordel" et aussi vos fautes de syntaxe et d'orthographe (vous aussi) à certains moments, j'appréciais bien vos billets.

Sachez que si vous n'êtes pas publié sur mes billets, je n'y peux rien, ce n'est pas moi la modératrice.

De plus, je comprends qu'en parlant de moi, vos billets ainsi que ceux de prof masqué suscitent davantage de commentaires. Sachez toutefois que cette atteinte à la réputation et à ma crédibilité commencent à me miner sérieusement.

Avec ce billet (pas trop méchant), vous n'avez qu'alimenté cette hargne du prof masqué. Voyez qui a écrit le premier commentaire. Il semble s'être fixé comme objectif de me discréditer et de me causer préjudices. Je comptais sur l'intelligence et au bon jugement de plusieurs d'entre vous mais je vois que la hargne et le venin attirent les foules.
Je n'ai pas à me justifier auprès d'aucun d'entre vous, mais sachez que ce que j'ai acquis tout au long de ces années, je ne l'ai pas acquis en dénigrant les autres, en les enviant et encore moins en me donnant comme objectif de les détruire.

Je continue d'apporter du soutien à plusieurs enfants en difficulté et je ne permettrai pas à personne de dénigrer le travail que je fais auprès de ces élèves.
J'ai permis à des élèves d'accéder à des classes régulières et d'éviter à bien d'autres la reprise de leur année. Sans compter toutes ces évaluations en orthopédagogie qui ont été effectuées et les formations offertes aux parents. Vous croyez vraiment que je suis rendue où je suis en ayant soumis un faux diplôme et en m'inventant toutes ces années d'expériences?
Vous avez le droit de ne pas être d'accord avec ce que j'écris. Vous avez le droit de trouver mon français inadéquat, quoique plusieurs ici devraient regarder davantage sur leurs billets avant de pointer les autres.

Aussi en lisant les billets de certains blogueurs ici, il n'est pas surprenant d'en voir se donner le loisir de dénigrer une pure inconnue.
C'est fou ce que les billets précédents nous apprennent sur l'état d'âme, les relations familiales et professionnelles ainsi que les reflexions de certains blogueurs.

Mme Bombardier me disait qu'elle reçoit souvent des lettres de bêtises et d'insultes. On ne peut plaire à tout le monde. En passant, Pat Lagacé a lui aussi eu son lot de dénigrement à son sujet. Pour ma part, je vais l'appeler pour lui dire de ne pas perdre son temps à mon sujet, je pourrai lui envoyer tout mon dossier s'il le veut.

Prof masqué,

je ne me salierai même pas à écrire sur votre blogue. Sachez que tout ce que vous écrivez sera retenu contre vous et viendra confirmer cet harcèlement que vous faites à mon égard depuis plusieurs semaines. Si les gens ici connaissaient votre véritable motivation, plusieurs décrocheraient et vous discréditeraient immédiatement (ça s'en vient). Plusieurs ici vont sans doute commencer à comprendre que vous êtes dangereux. Ce n'est pas que de la dénonciation, c'est de l'archarnement. Vous tentez de faire courir des rumeurs à mon sujet. Une histoire à raconter? Comme dans la chanson... Vous n'avez pas une famille auprès de laquelle vous pourriez vous investir davantage au lieu de passer des heures sur mon cas? On comprend que vous n'ayez pas conservé votre poste de journaliste. Sachez, qu'au Journal, j'ai des courriels de remerciements, de nombreux parents qui m'écrivent ainsi que des directions d'école qui m'invitent à faire des conférences régulièrement. J'ai de nombreux témoignages de satisfaction et en aucun temps, mes patrons m'ont fait part du fait que j'avais des lettres ou une lettre (la vôtre) d'insatisfaction.

Sachez aussi que mes patrons seront avisés de votre tentative d'atteinte à ma réputation.
C'est fou ce qu'avec un numéro IP on peut faire...

Si vous voulez me remplacer tant que ça, pourquoi ne pas envoyer votre cv? C'est vrai, j'oubliais c'est déjà fait...mais ça, vous ne vous en ventez pas.
À vous lire sur vos billets, personne n'est à VOTRE hauteur et ne peut prétendre à un 10% de VOTRE intelligence.

Anonyme,

pas si anonyme que cela, surtout lorsqu'on réfère ce cher prof malgré tout (les médias, comme l'éducation, its a small world).
Sachez qu'à mes bureaux, j'ai une adjointe qui est là pour répondre aux appels de tous nos clients de 9h à 17h00, donc à votre place je vérifierais doublement avant d'avancer ces propos mensongiers.
Je tiens aussi à souligner votre grand appui et surtout votre esprit d'équipe à mon égard (disons que je me comprends).

À tous,

je ne vous demande pas de me lire et de m'apprécier. Sachez que j'assume tous les commentaires que je faits avec toute mon intégrité et la transparence nécéssaire. Je ne suis pas contre les enseignants (mes confrères) au contraire. Plusieurs vous diront que je commente régulièrement en leur faveur. Toutefois, il se peut que je dénonce certaines choses et encore là je ne vous demande pas d'endosser mes écrits.

Ce que je vais vous demander toutefois, c'est de cesser de vous faire du crédit sur mon dos et d'attirer des commentaires en portant atteinte à ma réputation.
Vous le ferez lorsque vous ne vous cacherez pas derrière un blogue ou des pseudonymes et lorsque votre objectif ne sera pas d'atteindre à ma réputation et de me discréditer. N'oubliez pas que je suis un être humain et que tout comme vous j'ai le droit au respect.

On ne parle pas ici de prises de becs et de débats sains entre personnes qui n'ont pas la même opinion. On parle ici d'une personne qui tente de vous mêler à sa vendetta et à sa vengeance (non fondée). Malheureusement, cela semble fonctionner puisque le prof malgré tout l'a même inscrit "vengeance".
En terminant, merci d'apporter d'autres faits à mon dossier juridique et surtout faites atention à la loi du retour. L'effet boomerang, j'y crois. Le retour de tout ce que nous faisons de mauvais aux autres, j'y crois aussi.
Donc, la vie s'en chargera...

Anonyme a dit…

Oui corrigez-moi...

fais, nécessaire, attention ++++

Prof malgré tout a dit…

Claudine : Vous êtes pathétique. Vous prêtez vos propres aspirations aux autres. Et que diriez-vous, si comme vous, j'effaçais votre billet?

Venir ici pour m'insulter est une chose. Par contre, insulter les lecteurs... c'est pas fort (comme on dit par chez nous).

En passant, vous dénigrez d'autres personnes sur votre blogue. Un tas de personnes. Moi, il n'y a que vous que je dénigre. Pourquoi vous? Vous ternissez ma profession.

Vous êtes quand même la bienvenue pour corriger mes erreurs de syntaxe (lorsqu’elles ne sont pas volontaires). Je n’enseigne pas le français moi. Et vous, qu’est-ce que vous enseigniez?

En passant, vous ne devriez pas vous comparer à madame Bombardier.

Prof malgré tout a dit…

Ah oui, j'oubliais. Si vous aviez un peu de colonne, vous diriez aux "chiens de garde" de votre blogue de laisser mes commentaires.

Anonyme a dit…

Heureux de savoir que vous n'enseignez pas le français vous non plus.

Avec les pédago, y a pas,plus de raison d'être, faire du matériel etc.

Vous aussi aimez les ...

Vous auriez avantage à vérifier la qualité de votre français que celui de madame Potvin.

Harcèlement contre la personne, vous connaissez?

Bel exemple d'une gagne de profs qui enseignent à leurs élèves de se mettre en groupe pour rabaisser et intimider quelqu'un. Comment "vos" élèves peuvent-ils faire autrement en vous observant agir de la sorte? Je comprends maintenant d'où vient cette violence dans nos écoles... De la frustration de certains de leurs enseignants. Quoique vos élèves ont plus de couilles que vous, puisqu'ils le font sans se chacher derrière un blogue ou des noms empruntés.

Dommage de voir une pomme pourrie en train de contaminer tout un panier. Je croyais que les enseignants avaient plus de jugement et de sens de l'honneur. Vous faites honte à cette belle profession en agissant de la sorte. Dénoncez ce que vous avez à dénoncer aux personnes concernées mais évitez donc d'intimider et d'harceler. Cela pourrait se retourner contre vous.

Anonyme a dit…

En plus, trop nul pour comprendre que madame Potvin ne se compare pas à madame Bombardier mais qu'elle fait tout simplement référence au fait que madame Bombardier ait elle aussi ses détracteurs.

En passant, un enseignant de musique qui s'est retrouvé en enseignement après avoir fait de la musique classique ne fait pas de vous un pédagogue. Où avez-vous pris vos cours d'appoints en pédagogie? On voit que l'enseignement fut pour vous une voie de dernier recours. Dommage qu'on ait pas voulu de vous ailleurs, vous auriez vous-même moins terni le monde de l'enseignement.

À sa place, je ne perdrais pas d'énergie avec vous. Bravo pour vos 22 commentaires grâce à madame Potvin, parce que sinon...

Anonyme a dit…

Trop nul aussi pour voir que madame Potvin est loin de vous insulter. Depuis quand intelligence, dévoué et prêt de ses élèves sont des insultes. À moins que prof malgré tout est aussi masqué.

Prof malgré tout a dit…

Je me balance du nombre de commentaires.

J'ai un baccalauréat en enseignement de la musique de l'UQAM et d'autres diplômes en musique (bac, maîtrise).


Et vous?

Chroniques blondes a dit…

Prof, je maintient, vous êtes un chien fini. De l'enfer. Et je vous adore.

Éperdummmment ( 4 m) vôtre,

Chroniques blondes

Prof malgré tout a dit…

Chroniques!!! Merci!

Pour le cas Potvin, je pense qu'on a fait le tour de la question.Quand on tombe dans les menaces, ce n'est plus très rigolo...

Anonyme a dit…

Je ne suis pas en enseignement et je ne connais pas non plus madame Potvin. Je peux toutefois vous assurer (après vérification) qu'elle y est et qu'elle a en plus une très bonne réputation. Par mesure de confidentialité, je peux toutefois vous dire qu'elle a aidé beaucoup d'élèves en difficulté et accompagné beaucoup de parents qui ont à vivre avec ces difficultés et qui ont peu de ressources. En dénigrant madame Potvin vous attaquer directement les ressources et le soutien qu'ont ces élèves qui en ont besoin. Elle a même créé une fondation pour les élèves en milieu défavorisé et ayant des difficultés d'apprentissage, donc ravalez-donc vos paroles et prenez donc votre énergie pour en faire autant. Vous ne la connaissez même pas!

Êtes-vous bien certain que c'est elle qui vous a laissé un commentaire? Je vous trouve bien naif et je trouve bien bizarre que vous preniez les propos concernant le prof masqué aussi personnellement.

En finissant, vous n'êtes pas sensé être en classe avec vos élèves? Utilisez-vous le matériel (ordinateur) de l'école où vous êtes à des fins personnelles? C'est vrai que lorsqu'on est sans scrupule...

Anonyme a dit…

Heureux de vous voir constater que vos écrits attaquent directement cette dame car les menaces et l'intimidation c'est de vous que ça vient et de votre collègue prof masqué.

Le professeur masqué a dit…

Cher PMT,

Je savais que je n'aurais pas dû écrire à la suite de votre commentaire. Ce faisant, j'ai brisé une résolution que j'avais prise et que j'estimais fort sage à l'effet de passer à autre chose et de cesser un débat stérile.

Mais, si vous me le permettez, je me répondrai le plus succintement possible à Mme Potvin.

Chère Madame Potvin,

Je ne vous ai jamais attaquée personnellement puisque je ne vous connais même pas! Ce sont votre plume, certains de vos raisonnements et votre travail de chroniqueur que j'ai critiqués. Sachez qu'il m'est aussi arrivé de vous complimenter! Quand on est un personnage public, de telles choses arrivent. Ça fait partie de la game, pourrait-on dire.

De plus, je n'ai jamais remis en question votre travail auprès des enfants en difficulté comme vous le sous-entendez. Comment le pourrais-je puisque je n'en sais strictement rien? Tant mieux si vous faites des gestes bénéfiques envers ce type d'élèves qui en ont grand besoin, surtout quand on regarde le peu de ressources réelles qu'on leur accorde dans les écoles.

Quant à la notion de harcèlement et d'atteinte à la réputation, les termes sont un peu forts, mais tout est question d'interprétation, j'imagine.

Par ailleurs, affirmer que je me livre à une vendetta truffée d'envie à votre égard est totalement erronée. Il n'y a ni vendetta ni envie. Si je voulais bénéficier d'un espace médiatique, je le ferais par mes propres moyens et non pas en dénigrant quelqu'un dans l'espoir de dénicher sa place. À cet égard, vous semblez en savoir plus sur mes véritables motivations que moi-même.

Je vous rassure sur cette histoire que je compte raconter un jour au PMT: elle ne concerne que moi et elle est formidablement ironique. Ne soyez donc pas aveuglée par une quelconque paranoia. Et apprenez aussi à vivre avec l'ironie et le deuxième degré: je ne souffre par d'une obsession compulsive de vous détester. Peut-on appeler ça une hyperbole? J'ai une famille, des amis, des gens que j'aime et des élèves que je regrette déjà même si l'année n'est pas encore finie.

Quant au fait que je sois le premier à écrire un commentaire à la suite du billet du PMT, il serait plus simple et véritable de comprendre qu'il ne s'agit là que du hasard. Si j'avais été le troisième, est-ce que cela aurait changé quelque chose à vos yeux?

Pour ce qui est de vos suppositions, j'aimerais vous indiquer:
- j'ai quitté le journalisme pour l'enseignement de mon propre chef;
- je n'ai pas envoyé de CV au Journal de Montréal;
- je ne fais pas partie des 10% intelligents.

Enfin, pour ce qui est de votre formation, il aurait plus simple de la divulguer au lieu de vous offusquer de la sorte. En agissant ainsi, vous ne faites que naître la suspicion et les interrogations. Pour votre gouverne, je connais des profs qui ont un brevet et plus de pédagogie et de culture que bien des universitaires.

Prof malgré tout a dit…

Prof Masqué : On est vraiment dû pour une bière.

Au prochain Yulblog peut-être?

unautreprof a dit…

Ah, ce de la perte de temps un peu tout ça.
Moi non plus je n'aime pas Mme Potvin.
Je ne vais plus la lire car elle me désespère et que j'ai des lectures plus intéressantes.

On peut passer à autre chose?
Ne pas donner de l'importance, svp!

unautreprof a dit…

c'est, pas ce.

Et moi, le prochain yulblog, j'y serai (pour vrai cette fois-ci!!!). PMT et prof masqué, je veux vous y voir!

Anonyme a dit…

PMT, je viens d'aller lire quelques blogues de Mme Potvin afin d'aller vérifier les origines de toute cette controverse.

Je me suis ensuite beaucoup amusé à lire les échanges entre vous tous sur votre blogue.

C'est assez amusant de voir toute l'émotivité d'un côté comme de l'autre. Mme Potvin me semble qqun de tellement sensible et raisonnable. Elle me touche par ses billets qui vont toujours droit au coeur. Son amour des enfants, en particulier nos "maganés" est contagieuse et ma foi, si je n'étais pas déjà un prof, je le deviendrais!

Restez, Mme Potvin, afin de combattre les mauvaises langues (ou les mauvais doigts, puisqu'on parle de blogueurs). Tant qu'il y aura des personnes comme vous dans notre milieu, nous croirons que tout est possible...

Alors, reniflant, pcq j'ai la larme à l'oeil, je vous quitte sur ces mots: VENGEANCE, VENGEANCE!!!

The Collègue

p.s. le pire, c'est que si elle vient lire ce mot, elle va croire à tout ça...

p.s. 2 contrairement à elle, j'aurais beaucoup aimé être un siège à vélo la journée des tout-nus!