09 avril 2007

Réduire, réutiliser, recycler

Réduire

Ouais... À ce qu'il parait (et c'est vrai), Bach a écrit quatre grands oratorios sur la Passion du Christ. Pourquoi quatre? Facile. Un par évangéliste et non, il n'avait pas lu le Da Vinci's code. Ce n'est donc pas la peine de chercher la Passion selon Marie-Madeleine ou selon Garfield. Le plus moche, c'est que ce n'est pas la peine non plus de chercher les Passions selon saint Luc ou saint Marc, car elles ont disparu. On est réduit à Jean et Matthieu. Snif-fe, Sni-fe.

Réutiliser

J'imagine un rosbif enveloppé dans les premières mesures de la Passion selon saint Luc.... De quoi devenir végétarien, mais y a pire comme scénario...

Recycler

Des musicologues ont tenté de reconstituer la Passion selon saint Marc en utilisant des bribes retrouvées ici et là et en puisant dans les cantates pour remplir les trous. Je n'ai jamais entendu ce que ça donne. J'ai trop peur d'être déçu.







Ça fait plusieurs fois que je vous casse les pieds avec "La Passion selon saint Matthieu" de Bach. Aujourd'hui, je vous propose une accalmie. Voici donc le premier choeur de "La Passion selon saint Jean". J'aimerais vous faire entendre la version de Ton Koopman qui me laisse sans mot... Malheureusement, je ne la possède pas et l'extrait que je veux n'est pas disponible sur Apple Store, comme d'habitude. Grrrr...

En passant, c'est long les Passions. Jean tient sur deux disques alors que Matthieu en nécessite trois.


Passion selon saint Jean, le premier choeur, juste avant que Judas vende Jésus... (C'est quand même bizarre, on dit toujours de louer le Seigneur, mais eux, ils l'ont acheté... Y sont business les Juifs!)








Staatskapelle Dresden, Peter Schreier.

C'est quand même très bon... mais Koopman is da man.




...

3 commentaires:

Hortensia a dit…

Je vous lis régulièrement, et toujours avec beaucoup de plaisir, mais quand vous parlez de musique, c'est carrément l'extase: métaphore ici, comparaison là, toujours avec beaucoup d'humour, on vous suit volontiers où vous voulez dans vos propos musicaux.
Bref, vous me voyez admirative. :-)

Chroniques blondes a dit…

Hortensia, je seconde votre admiration. Je suis votre humble nouille Prof malgré tout mais une nouille heureuse (bien qu'un peu cuite).

Prof malgré tout a dit…

Vous êtes trop bonnes pour moi.