06 avril 2007

Bobby, requiescat in pace

La pire chose qui pouvait lui arriver s'est produite: Bobby sait.

Le caïd que lui reflétait son miroir n'est plus. RIP. Celui qui se croyait au top de la chaîne alimentaire n'est plus. Celui qui traite tout le monde d'épais, qui a dit à sa prof de maternelle qu'elle avait un gros cul, qui bouscule les plus petits et qui trouve ça drôle quand quelqu'un se fait mal.... Oui, lui. Il n'est plus. Le petit gars à cause de qui votre petite fille arrivait de l'école en pleurant, à cause de qui elle vous demandait ce qu'est une pute, une salope. Il n'est plus.

Il n'est plus, car maintenant, il sait.

Il sait qu'il est con, qu'il est rejet. Il pensait que les autres ne voulaient plus jouer avec lui parce qu'ils étaient trop épais, et que lui, Bobby, était trop fort pour eux. Maintenant, il sait.

J'ignore par quel phénomène. Pâques = intervention divine? Peut-être va-t-il ressusciter? Peu importe, car il a compris et ça lui fait mal. Quand on sait d'où il vient, quand on connaît ses capacités intellectuelles, quand on connaît son père... on ne peut lui en vouloir. On peut seulement être triste pour lui.

Maintenant, il s'en ronge les lèvres avec la langue. Vous avez bien compris. Les lèvres avec la langue. C'est pas beau à voir...

Ce que je lui souhaite? Changer d'école au plus vite...





...

17 commentaires:

Le professeur masqué a dit…

Changer de parents serait peut-être préférable.

unautreprof a dit…

il vieillit, ne peut plus rester protégé dans son monde.

triste, oui, vraiment.

Chroniques blondes a dit…

Un truc me travaille. Comment il a fait, Bobby, pour "savoir"?!

Natcho a dit…

A-t-il mis la main sur l'évaluation psychiatrique que ses parents veulent cacher à tout le monde? Bon sang, ce ne doit pas être la joie dans cette maison. Ses parents doivent sûrement "savoir" qu'il "sait".

Changer d'école, oui, mais dans sa nouvelle école, il est condamné à vivre encore pire...

Que le monde est mal fait, parfois.

Prof malgré tout a dit…

Natcho : On espère que dans sa prochaine école, il sera dans une classe spéciale.

Chroniques : Intervention divine que j'vous dis...

Sérieusement, le quotient intellectuel augmente avec l'âge... même celui de Bobby. C'était inévitable qu'il prenne conscience de sa situation un jour ou l'autre. On ne peut le déclarer déficient, même léger, sans les résultats d'évaluations... et les parents ne collaborent pas dans ce sens. Son grand frère, quoique délinquant en puissance, était vif d'esprit. Bobby, par contre, ne joue pas avec un jeu plein. Y a des trucs qui venaient en option et qui ne sont plus couverts par la garantie. Est-ce que ça se répare? Malgré un tas de ressources, l'école a les mains partiellement liées à cause des parents. Et non, comme il mange et ne porte pas de trace d'abus physique, la DPJ a d'autres cas plus lourds à traiter (et c'est vrai).

Le pire, c'est que je suis certain que ces parents essaient de le protéger d'un système qui ne leur inspire pas confiance (même pas fiable pour les chèques de BS!). Ça me fait penser au Rougon-Macquart parfois...en moins littéraire. Sont pas vraiment méchants.

Le professeur masqué a dit…

Cher PMT,

Expliquez-moi le lien que vous faites avec cette série de romans de Zola?

Prof malgré tout a dit…

Cette incapacité de se sortir de la misère parce qu'on l'accepte jusqu'à un certain point. Les tares génétiques, l'alcool, l'absence de vrai communication entre les êtres, etc.

Mais surtout, la misère comme trame de fond, la misère comme culture.

En passant, j'ai pas lu tous les Zola et je n'ai pas étudié en littérature. Je me plante? Soyez pas timide, je vais y survivre.

Prof malgré tout a dit…

Et j'oubliais... Ça se transmet de génération en génération.

Natcho a dit…

Oh que non, vous ne vous plantez pas, PMT, les Rougon-Macquart, c'est exactement ça, les tares génétiques érigées en système et la fatalité qui s'ensuit, n'en jetez plus, la cour est pleine.

Le professeur masqué a dit…

Cher PMT,

Dans ma folie absolue d'après cégep, je me suis voté un auteur fétiche: Émile Zola. Pour faire bonne mesure, je me suis alors atteler à lire les oeuvres des Rougon-Macquart. J'avais de la chance: j'étais tombé sur une magnifique édition reliée et expliquée. Ouf... Il me reste aujourd'hui 3 ou 4 romans à lire pour compléter ce beau projet de malade mental.

Vous vous ne vous trompez pas dans votre analyse si l'on pense à des oeuvres poignantes comme La bête humaine ou encore plus cruellement L'Assommoir. Il y a bien sûr l'aspect génétique qui colore le destin de cette famille. Toutefois, pour quelques-uns de ses membres, on retrouve également la misère humaine, la pauvreté pas seulement matérielle mais aussi intellectuelle. D'ou l'importance de l'éducation et de la prévention. D'ou notre importance comme éducateur.

Rassurez-vous: on n'a surtout pas besoin d'études en littérature pour parler de livres. Je connais des profs qui ont un bac en enseignement dont je ne voudrais même pas comme bac à recyclage.

Delphine Bergeron a dit…

J'ai fait la connaissance de Bilie, hier. Elle a appris récemment qu'elle avait une cote.

-Cote heu... 14? Quelque chose du genre.

-Cote 12?

-Ouais c'est ça! C'est quoi c'te shit...

-TC.

-Quoi?

-Trouble de comportement.

Bilie s'est fait renvoyer de son école. Elle a 15 et demi mais ne fréquente plus d'établissement scolaire, malgrés la loi. Un réacheminement sur la glace, une mère qui n'en peut plus des rencontres à l'école. Une mère épuisée par des chiffres de 24H à l'hôpital.

Réacheminement sur la glace, comme Rocky dans une classe Répit qui ne sait pas ce qui l'attend l'année prochaine.

-Je vois pas pourquoi je me forcerais, personne se force pour moi.

Delphine Bergeron a dit…

Ce que je leur souhaite?

Trouver la force de s'adapter à ce monde de fou.

Tassili a dit…

Ouf, ça fait mal, ce billet...
De la désespérance mur à mur. Oui, Zola...

Joanie a dit…

parlant de côte... une classe avec 3 TC, 9 troubles d'apprentissage, 2 dyslexiques, 1 dysorthographique, 1 en trouble envahisant du développement à tendance autiste, etc.
Vive l'intégration...

Ma classe de stage...

Je déteste les "étiquettes"...
Surtout quand les 3 "étiquettés" TC sont les 3 plus vifs d'esprits, les 3 éveillés, les 3 curieux...
...dont un "étiquetté" tda/h(déficit d'attention avec hyperactivité) avec médication maximale qui ne parait pas plus calme...

Je mets en doute certaines côtes...

Renaud Lepage a dit…

1- Le correcteur passe: elle a voulu écrire cotes, mais a accroché l'accent circonflexe (de son propre aveu, moi j'ai rien dit)

2- Elle parle de TDA/H en connaissance de cause: le copain de service (c-à-d MOUA), il est TDA/H diagnostiqué depuis sa 1re année. Sans dire que la famille dudit amoureux est aussi TDA/H, à part la maman/prof, qui a à s'occuper de 3 enfants: fiston, fillette, papounet :P Pas de tout repos pour la Zoanie... :O

Prof malgré tout a dit…

Renaud : Héhéhé... Moi je suis cote 12 (TC). Sérieusement, au secondaire, j'étais suivi par la travailleuse sociale. Pathétique.

Joanie a dit…

haha! totalement cocasse! je ne suis même pas surprise ;) en fait... ON est même pas surpris, Renaud et moi :D