03 avril 2007

Que tous ceux en faveur de l'abrutissement général...

Que brille, que gronde, qu'éclate et frappe la foudre!
Enfer, sombre abîme, redouble ta rage,
renverse, écrase, dévore d'un soudain courroux
l'indigne, le traître,
le bras criminel.


J.S. Bach, Passion selon Saint Matthieu









C'est approximativement mon état d'âme actuel... à la fin de l'extrait. J'ai laissé le duo soprano-alto parce que c'est beau. mais ce qui nous intéresse aujourd'hui, c'est la section finale alors que les choeurs (ça en prend vraiment deux) sont vraiment dans le piton. Pour pleinement profiter de la fin, il faut grimper le volume un peu et s'imaginer la face du membre du Conseil du trésor que vous méprisez le plus. On pense tous à la même face hein?

Ça parle de Jésus un peu après qu'il fut vendu...? Trahi? Négocié? Que voulez-vous? On lui a préféré quelqu'un qu'on comprenait mieux. Non... je ne compare pas Barrabas à Dumont et Jésus à Boisclair. C'est seulement la clarté d'esprit du peuple au moment de choisir qui semble la même.

Mais ce n'est pas ça mon principal problème aujourd'hui.

J'ai appris plus tôt, que pour donner suite à la loi 142, les représentants de la CSQ (ces infâmes chiens galeux) ont négocié notre convention collective en vendant les profs les plus scolarisés. J'aimerais croire qu'ils avaient les couilles dans l'étau, mais je n'arrive pas à me les imaginer détenteurs d'attributs dignes de ce nom. Je les imagine plutôt à genoux, préservant le peu de capital politique qu'il leur reste pour le jour où ils changeront de camp. En passant, je fais dans le littéraire là... Y a que des gens bien à la CSQ.

Bof...

En résumé, il y a maintenant deux échelles salariales. L'échelle unique (pour la plupart) et l'échelle 20 ans (19 ans de scolarité ou plus avec un doctorat de 3e cycle).

L'échelle unique commence à 35 056 $ pour un baccalauréat de quatre ans et la job avec le plus haut taux de burn-out au Québec. Un bon deal?

Avec un doctorat, on commence à 48 389 $. Je n'ai jamais entendu parler d'un prof du primaire ou du secondaire détenteur d'un doctorat. Et vous, vous en connaissez beaucoup?

De toute façon, au top de l'échelle salariale, il n'y a même pas 4 000 $ de différence entre les deux...

Donc, tous les cerveaux qui ont une maîtrise en histoire, mathématique, chimie, biologie, etc. ne seront vraiment, mais vraiment pas tentés de se taper un autre bac de quatre ans pour qu'ensuite, on ne tienne pas compte de leurs études lorsqu'on leur proposera de remplacer le suppléant du prof de morale en burn-out...

Attention! Je ne parle pas des profs blasés qui ont fait une maîtrise pour augmenter leur salaire et ensuite téter le système en devenant conseillers pédagogiques en attendant de devenir directeurs. Non... Eux, je n'en parle pas sur ce blogue... pas encore. Je parle des intellos. Je parle des bolles. Je parle de ces dignes représentants de notre espèce qui sont moins épais que la moyenne parce qu'ils savent plus d'affaires.

C'est tout le bagage supplémentaire qu'on amène en classe qui fait la différence, et dans un baccalauréat en enseignement de what ever, on apprend fuckin' rien. Oui oui... On apprend que les ti-n'amis, ils réagissent mieux au renforcement positif qu'aux coups de pied dans' face. Heille! Ça ne prend pas un bac pour allumer sur ça, bordel! Et en passant, a-t-on vraiment testé le coup de pied dans' face de façon scientifique et dans le contexte de la réforme? Non! Alors, pourquoi l'interdire?

Bof...

Je suis écoeuré des profs qui ne lisent pas et qui n'ont jamais lu autre chose que des lectures imposées, qui prônent la "pédagogie avant tout" et qui quotidiennement, s'assomment devant des téléromans pas trop compliqués.

La meilleure enseignante que j'ai vue travailler avec des petits en grave difficulté d'apprentissage avait une maîtrise en littérature. Elle avait poussé tellement profondément l'art de lire et d'écrire, qu'elle pouvait décortiquer l'acte et le ramener à sa plus simple forme. Et non, elle n'était pas en adaptation scolaire. Elle n'était même pas une "vraie" ortho, mais pour réinventer le monde devant une bouteille de scotch, quelques bières et des clopes (ben oui, un ex-fumeur...), elle n'avait pas son pareil. Mais peu importe, comme prof, elle rockait!

En parlant d'ortho, je suis tout aussi écoeuré des orthos qui jouent au Monopoly pour essayer de trouver c'est quoi le problème de l'enfant et pour ensuite conclure qu'il faut plus de tests. Vous coûtez cher... trop cher.

Est-ce que je dis que ça prend absolument une maîtrise? Ben non...

Est-ce que je dis que les orthos, c'est n'importe quoi? Ben non...

Élitiste vous dites? Qui ça? Moi? Ben voyons...

Ce que je dis, c'est...

Sind Blitze, sind Donner in Wolken verschwunden tabarnak

Et si vous voulez me casser la gueule, je serai au Yulblog demain.

Cheers!!!





Bordel... qu'est-ce que je n'inventerais pas pour vous faire écouter du Bach?
...

33 commentaires:

Daniel Rondeau a dit…

Que ça fait du bien te lire.

Côté demain, je ne sais si je vais y être, mais la possibilité de t'y casser la gueule rend la chose bien tentante... :P
Sans blague, je tâterai mon état d'âme et mes ressources énergétiques demain soir.

le Prof Maudit a dit…

Nos esprits se sont-ils rencontrés dans l'au-delà? Le fond de nos billets se ressemble pas mal...

Prof en zep a dit…

génial!
drôlissime!
et en plus j'ai tout compris!

Prof malgré tout a dit…

Daniel : You can do it dude! Mais sérieusement... j'ai lu ton dernier billet, alors, pas de pression.

Prof maudit : Shhh... les gens vont croire qu'on est la même personne souffrant de schizophrénie. On est schizos, d'accord, mais pas la même personne.

Prof en Zep : Vous êtes donc mûr pour l'immigration!

prof en devenir a dit…

bordel! à quand un bacc qui en veut vraiment la peine? 2ème promotion à passer par le bacc façon réforme et ça toujours pas l'air très utile! Vive les lectures personnelles, au diable les téléromans et trouvons nous de l'expérience autre que le foutu bacc! Et dire que Sherbrooke à une meilleure réputation que Montréal! Heureusement qu'il y a des stages au lieu des années de probation... On ferait faire des burn-out instantanés juste à suivre des cours théoriques!
En tout cas, arrêtons nous là avant de se mettre à parler de l'absence de support pour les profs déjà présent à essayer de mettre en place une réforme fait par des études avec supports... financier oui!!!

Chroniques blondes a dit…

Prof, je le sens aussi depuis longtemps cet écoeurement. Et moi j'en peux plus de devoir écrire des téléromans pas trop compliqués parce que si je dis que j'aimerais écrire une quotidienne sur "les aventures d'un chaud lapin polyphonique" (ah bon? on ne peut pas présenter Bach comme ça) ça ne passe pas.

Sans blague, c'est la même chose de notre côté. Et si j'adore aussi la légèreté, quand ça devient une voie unique, c'est gossant.


Et vous n'êtes vraiment pas payés assez cher.

Renaud Lepage a dit…

à PMT: Je t'ai refilé à ma mère, elle va tellement être d'accord avec tes états d'âme que je suis sûr qu'elle va se surprendre à répon-bloguer :)

Et concernant PED: Je peux assurer que non seulement elle le vit, non seulement c'est la réalité, mais en plus, même ceuxsses qui ne sont pas en BE(S/PP) le savent! (et des fois elle ne se gêne pas pour me le rappeler !)

Note: Je suis le correcteur "officieux" de PED (poste que je m'attribue, elle en a pas normalement besoin, mais bon, une réponse de blogue va toujours être moins étincelante de perfection - SURTOUT dans l'émotion :) ). Mais ça me tentait pas de me lever du lit ^^;

prof en devenir a dit…

hey! dites donc! Pourquoi pense-t-on encore que les profs au primaire ne font que du bricolage? C'est la faute du bacc ça aussi?

benoit a dit…

comme dit la blonde, mais évidemment en de meilleurs termes, de quoi te plains-tu. La vie en général est faite de 80% de gens qui sont incompétents ou ininterressés et les décideurs sont inclus la dedans.

dr julius rosenburger a dit…

hum...
« ces dignes représentants de notre espèce qui sont moins épais que la moyenne parce qu'ils savent plus d'affaires. »
Et après ça s'insurge contre l'ADQ...
Pourtant la même graine de droite... (il faut faire le Grand Ménage dans la bâtisse et surtout gagner le plusse de bedous)

Par contre : « Je suis écoeuré des profs qui ne lisent pas et qui n'ont jamais lu autre chose que des lectures imposées, qui prônent la "pédagogie avant tout" et qui quotidiennement, s'assomment devant des téléromans pas trop compliqués. »
Et -ils- enseignent!!!

En tant que prof, je me suis déjà battu pour faire lire un livre à des étudiants en trois mois! Un seul roman! Et la résistance ne venait pas des étudiants!
(je connais des profs du primaire qui avaient de la difficulté à faire accepter qu'on puisse lire un roman jeunesse dans une année **parce que c'est trop long à lire, ça, un roman [jeunesse!!!] pis que j'ai pas le temps**)

Dans le fond, t'as raison, ça prend un grand ménage (Furtwängler ou Strauss ont-ils composé là-dessus?).

(ich bin tanné, moé tou.)

J.R.

Tassili a dit…

Sujet passionnant, qui mériterait plus ample discussion autour d'une bonne bière! Malheureusement, je nage en plein décalage horaire, je me vois mal aller patiner au Yulblog ce soir...
Je vais essayer, mais je garantis rien!

Hesperion a dit…

Salut prof je suis sûrement hors contexte (comme d'habitude).Je suis en train d'écouter la sonate pour piano et violoncelle de Shostokovich l'op 40 avec Mstislav Rostropovich et Britten je le fais jouer en boucle depuis ce matin bouleversant, au diable la politique! Tout le monde au violoncelle, tu imagines un pays de violoncellistes, en période électorale les chefs devraient jouer l'op 40 et être jugé sur leurs interprétations. Charest l'archet à la main Boisclair qui le regarde rêveur en oublie de sourire et Dumont qui essaie de ne pas trop faussé se crispe. Et Jean Lapierre qui n'y comprend rien s'enferme dans son autobus avec Charron pour mieux converger sur la dernière toune de Céline. Si la tendance se continue clame Derome je sacre mon camp.
Bonne journée Ô!Ô

Prof malgré tout a dit…

Hesperion : Merci de nous ramener à l'essentiel! Britten et Rostro dans Shostakovith? Je ne savais même pas que Britten avait endisqué autrement que comme chef. Merci!

Tassili :Vous voilà de retour! Allez! Seulement un verre... et un autre...

Dr Julius : La plupart des candidats de l'ADQ n'ont rien de gens cultivés de mon point de vue et je ne vois pas en quoi favoriser le savoir et la culture nous rapprocherait de la droite.

Par contre, quand vous dites que la résistance à lire un roman ne venait pas des élèves, je vous crois, même si ça fait peur. Si on veut savoir si l'enfant a lu le livre, il faut l'avoir lu soit même. Big deal...

Bienvenue en passant!

Prof en devenir : Je vais dire quelque chose d'horrible. Deuxième année de bac? Il n'est pas trop tard pour changer de branche.

Chroniques : J'espère que je ne vous ai pas blessé par mes propos sur les téléromans et que vous n'avez pas à réveiller l'Ingénieux la nuit pour vous faire rassurer. Il y a de très bon, même totalement géniaux téléromans à la télé. Les profs ne les aiment pas ceux-là... (J'exclus bien entendu mes lecteurs qui sont d'un raffinement... je ne vous le fais pas dire...)

"Et si j'adore aussi la légèreté, quand ça devient une voie unique, c'est gossant."

AMEN!

Natcho a dit…

Dites donc! C'est la journée des remises en question de profs!

Il est temps que ces choses soient dites par les premiers intéressés. Ça me fait penser aux infirmières qui en ont long à dire sur ce qui grenouille autour d'elles dans le système de santé... et que personne n'écoute, hélas.

Renaud Lepage a dit…

Houlà, PMT, vous allez froisser la damoiselle! Elle n'a pas dit deuxième année de Bacc, mais plutôt Deuxième promotion à "se faire c*i*r par l'enseignement des techniques d'enseignement réforme"... Elle est en troisième, et elle a la "VOIE" ^^

bibco a dit…

Je ne peux qu'ajouter que sur quatre profs en salle du personnel à 4 h. nous étions 2 à brailler 2 à tenter de consoler les deux autres pour un total de 4 totalement écoeurés. Je ne vous dis pas pourquoi, toutes les raisons sont déjà sur ce blog et plus une que vous ne pouvez même pas imaginer, quoique...

bibco a dit…

J'avais oublié, moi j'suis pas très calée en musique mais j'en écoute quand même! Et là j'écoute le cd de Gérard Darmon et je danse le mambo en me faisant susurrer "qu'avec ses yeux-là, ... " bref, ça change les idées. Dans deux minutes il va me chanter : " Oh la belle vie..." Je vais peut-être y croire, qui sait! ( Si j'arrive à oublier l'école )

Chroniques blondes a dit…

Bibco, je veux l'autre raison "qu'on ne peut même pas imaginer, quoique"!

Et non, Prof, je suis pas pan toute vexée. Seulement désolée de ne pas pouvoir faire mieux sous prétexte que "les gens ne comprendront pas".

Forsythia a dit…

La passion pour ce que l'on enseigne ça vaut selon moi tous les bacc. en pédagogie et autre gugugogie de la planète ... dommage, nos bonnes commissions scolaires ne l'ont pas compris. On préfère (dans mon coin du moins, je ne sais pas ailleurs) mettre n'importe qui avec un brevet pour enseigner n'importe quoi (même les spécialités) qu'une personne dûment formée dans la dite matière ... Dans le cas qui me préoccupe (l'anglais) ça nous donne des résultats super probant, on a juste à regarder l'extrême bilinguïsme des élèves qui sortent en secondaire V et ça le prouve!
Super billet PMT.

Le professeur masqué a dit…

Cher PMT,

Je connais des gens trop qualifiés pour la job d'enseignant, dont deux qui ont un doctorat et qui enseignent au secondaire. J'ai moi-même deux bacs et aucun ne m'a été utile pour enseigner quand j'y repense...

L'équité est une façon de nier que les études, c'est payant. N'est-ce pas ironique quand on pense qu'on travaille en éducation? Mais à travail égal salaire égal, diront les syndicâleux de ce monde. Tous les profs se valent, tout le monde est beau, tout le monde est gentil...

Des connards de collègues qui n'ont jamais lu un livre, qui passent des vidéos en classe aux deux jours, qui écrivent moins bien que certains de mes élèves, j'en connais! Mais on est en pénurie et on manque de profs, donc... on prend n'importe quoi, même une enseignante qui n'a qu'un DEC.

Pourtant, comme on est en pénurie, on devrait suivre la loi de l'offre et de la demande, non?

unautreprof a dit…

Hey, attention, je suis ortho moi!

Une ortho qui n'aime pas la paperasse, qui essaie d'apprendre des trucs intéressants à ses élèves en difficulté et qui pense que lire un roman jeunesse en classe est enrichissant.

Il y a quelqu'un qui parle de bricolage, je déteste le bricolage. J'aime faire faire des arts à mes élèves, leur parler de médium et de technique. Pas de découpe un cercle, fais un carré, gnagnagna..

C'est motivant apprendre, évoluer, jouer avec les mots, aller plus loin.

Le professeur masqué a dit…

Un autre prof,

Permettez-moi d'apporter une nuance au cas où: cette enseignante qui n'a qu'un DEC a été envoyé dans des groupes réguliers de cinquième secondaire en français. Tout un défi...

unautreprof a dit…

prof masqué : merci pour la nuance mais je ne comprends pas pourquoi elle m'est adressée??

Je n'ai pas encore pris mon premier café, c'est peut-être pour ça!
bonne journée!

Prof malgré tout a dit…

Une autre prof: Que vous soyez ortho, ça passe encore... mais que vous ne soyez pas venue au Yulblog, c'est inacceptable!

Ça vaut pour vous tous!

Sans blague, je parlais des orthos qui "font des dossiers" tout l'avant-midi et ensuite, rencontrent des élèves un par un l'après-midi pour une petite joute de Monopoly, question de voir c'est quoi le problème et de quelle aide non disponible l'enfant a besoin. Bien entendu, ça se fait après la période de relaxation et jamais pendant la récré. Faudrait pas les brusquer les pauvres petits. Ce sont ces orthos qui nous coûtent cher et non pas ceux qui enseignent.

Pour finir, qu'est-ce qui vous dit que le Prof Masqué en a bu un café?

unautreprof a dit…

euh, non, je sais, pour le yulblog, c'est impardonnable.

Mais Pmt, le plaisir est dans l'attente non?

Je ne me sentais pas vraiment visée de toute façon, j'avais juste un peu besoin d'attention!

C'est vrai que je n'ai aucune preuve que le prof masqué a bu un café, mais tant que moi je n'en ai pas bu un, rien d'autre ne compte.

Compris???

Prof malgré tout a dit…

Vous me dites que le plaisir n'a rien a voir avec le troisième scotch?

Bordel, moi qui aurais pu donner mon foie à la science...

Le professeur masqué a dit…

Café et scotch, ça se mélange-tu?

unautreprof a dit…

oh que oui!

André Chartrand a dit…

Sur la question des échelles salariales, je ne suis pas sûr de vous suivre, PMT. La loi 142, si je ne m’abuse, c’est le décret tenant lieu de convention collective qui a été adopté l’année dernière (décembre 2005). L’échelle unique, quant à elle, est une revendication de la CSQ qui a été obtenue bien avant et non une demande patronale devant laquelle la CSQ se serait aplati. Une première étape avait été franchie dès l’entente provisoire sur l’équité salariale de décembre 1999 qui avait réduit à 3 ou 4 les catégories de la structure salariale en regroupant dans une même catégorie les enseignants et les enseignantes ayant 14, 15, 16 et 17 ans de scolarité.

« Le Rassemblement Équité pour Tous, qui se fait le défenseur des enseignants les plus scolarisés au sein de la CEQ, applaudit toutefois le bon jugement du Conseil du trésor qui n'a pas acheté la démarche de la centrale syndicale qui vise à remplacer la structure salariale actuelle basée sur la scolarité par une échelle salariale unique. »

Gilbert Leduc; « Entente sur l’équité salariale », Le Soleil, 23 décembre 1999, A10



Quant à l’échelle salariale des détenteurs d’un doctorat qui œuvrent au primaire et au secondaire, un comité siège depuis quoi, bof, 7 ans pour statuer sur leur cas. J’imagine que comme, il n’y en a pas beaucoup au pouce carré, on a considéré qu’il n’y avait pas urgence .La nouvelle échelle dont vous parlez les concernant est probablement le fruit du labeur de ce comité. Ce comité est déjà mentionné dans la convention 2000 – 2002 à l’annexe 49.

« 4) Comité sur le doctorat : Rémunération des enseignantes et desenseignants visés par la clause 6-5.08 (échelle 20 ans)

Considérant que l'entente relative à la rémunération et au temps de travail du personnel
enseignant des commissions scolaires ne dispose pas de la rémunération du personnel
enseignant possédant un doctorat :

a) les parties forme nt un comité constitué de représentantes et de représentants de la
CSQ, du Ministère de l'Éducation et du Secrétariat du Conseil du trésor;

b) le comité a pour mandat :
- d’évaluer l’apport actuel et futur sur l’enseignement, la discipline et le
rayonnement interne et externe de la détention d’un doctorat;

- de faire rapport aux parties sur ses constatations et recommandations au plus
tard le 1er février 2003. »

http://www.cpn.gouv.qc.ca/cpncf/Files/139/E1Annex46a49.pdf


En ce qui concerne le fait de faire une maîtrise pour toucher l’augmentation de salaire qui vient avec, ma foi, les cas doivent être rarissimes. Ça n’a jamais été payant, ni dans l’ancienne structure salariale, ni dans la structure actuelle. Quand j’ai fait la mienne, ceux qui croyaient que je la faisais uniquement pour le salaire m’ont traité de niaiseux. Tout le monde comprenait très bien que, pour une augmentation équivalente, il était préférable de faire un certificat de premier cycle, ce qui est beaucoup moins de travail qu’une maîtrise.

Le professeur masqué a dit…

Cher PMT, je vous renvoie à un billet que j'ai écrit sur l'affectation des enseignants en janvier dernier:
http://leprofesseurmasque.blogspot.com/2007/01/bas-lanciennet.html

On peut y lire que la CSDM ne fait pas tous les efforts nécessaires pour corriger la situation.

«Même la présidente de la CSDM, Diane De Courcy, admet les insuffisances de son organisation dans un texte publié dans La Presse: «La commission scolaire reconnaît qu'elle devra faire son bout de chemin, notamment en permettant un décompte des élèves plus tôt qu'à la fin de septembre. (…) On doit raffiner nos outils, c'est vrai, mais les parents aussi devront être sensibilisés à l'importance de faire le choix de l'école au bon moment et de nous informer des déménagements prévus.» On peut lire dans un autre article publié dans Le Devoir que la présidente avoue que, pour y parvenir, la commission scolaire devrait effectuer des prévisions de clientèle plus justes et rappeler aux parents l'importance de l'aviser lorsqu’ils déménagent.»

C'est à se demander si on ne laisse pas pourrir la situation afin de récupérer un droit de gérance pour les affectations?

Prof malgré tout a dit…

André Chartrand : Vous semblez bien documenté. Pour ma part, c'est un appel au syndicat qui m'a confirmé que la CSDM n'en avait plus rien à cirer de mes deux bacs et de ma maîtrise.

Ça ne me dérangerait pas que la personne qui m'a répondu se soit trompée.

André Chartrand a dit…

Vous avez raison PMT, tout le monde a droit à l'erreur. Et, en pratique, ça ne changera pas votre salaire. Je crois seulement qu'il est parfois utile de savoir qui a pris une décision, question de savoir à qui adresser nos reproches.

Quelques petites précisions encore. Selon la compréhension que j'ai de votre convention collective, il n'est pas tout à fait exacte de dire que la scolarité n'a aucun impact salarial.

En fait, une plus grande scolarisation permet d'avancer plus rapidement dans l'échelle. Par exemple, contrairement à ce vous dites dans votre billet celui qui commence avec un bacc de 4 ans ne commence pas à $ 35 056, salaire du premier échelon. Ses 17 année de scolarité le font commencer à l'échelon 3, donc à un salaire de $ 37 658 ( je conviens tout de suite que ça ne conjure pas tellement mieux le spectre de l'épuisement professionnel). Si une personne commence avec une scolarité équivalente à la vôtre, elle sera classé à l'échelon 7 et touchera $ 44 372 dès sa première année.

La règle?

"Les classes 17, 18 et 19 ont été intégrées dans une classe unique (classe 0) à partir du 1er jour de l'année scolaire 2005-2006.

L'enseignante ou l'enseignant se voit attribuer l'échelon correspondant à son expérience, augmenté de:

a) 2 échelons dans le cas de celle ou celui dont la scolarité est évaluée à 17 ans.

b) 4 échelons dans le cas de celle ou celui dont la scolarité est évaluée à 18 ans.

c) 6 échelons dans le cas de celle ou celui dont la scolarité est évaluée à 19 ans.

La classe 20 est réservée à l'enseignante ou l'enseignant qui a 19 ans de scolarité ou plus et un doctorat de 3e cycle."

source:

http://www.tresor.gouv.qc.ca/fr/publications/ress_humaine/condition/echelle/cs_enseign.pdf

Mais il est vrai qu'au dernier échelon, tous, des plus scolarisés aux moins scolarisés, gagnent le même salaire.

Finalement, en ce qui concerne les échelles salariales, la CSDM, à mon avis, n'a rien à dire. Toujours si je comprends bien le régime de négociation par lequel vous êtes régi, les clauses salariales sont négociées à l'échelle nationale et la CSDM n'a d'autres choix que de s'y plier.

Au plaisir.

Prof malgré tout a dit…

Et qui a négocié à l'échelle nationale? La CSQ? Dans le billet, mes reproches s'adressent à... la CSQ? Quand se sont-ils écrasés? C'est un détail. Ils se sont écrasés, assez pour que plusieurs syndicats les "flushent".

Et quand on veut négocier un peu plus... Loi 142.

L'ordre chronologique de tout ça, j'en ai rien à cirer.

J'enseigne et en tant que spécialiste, je suis syndicalement impuissant (j'n'ai même pas de permanence après huit ans...).

De plus, au top de l'échelon, ma scolarité ne fera plus de différence. La seule place où elle fait vraiment une différence, c'est dans la classe.

C'est mon erreur d'enseigner. Je vais apprendre à l'assumer... Y a trop de casse-pieds pour moi dans ce domaine.