09 mars 2010

L'échafaud

Une fois de plus, je monte sur l’échafaud.

Bof... j’suis pas seul: avec moi, y a les autres spécialistes de l’école. C’est presque synchronisé avec Pâques. Ce qu’on peut être concept en éducation!

Oh? Il faut que j’explique?

C’est très simple. Chaque année, les profs d’une école décident du sort des spécialistes. Ils peuvent couper musique l’an prochain et remplacer ça par danse. Même notre prof de gym qui a sa permanence risque sa place. Les élèves de mon école ont présentement quelque chose comme 100 minutes d’éducation physique par semaine. Si on descend ça à 60, elle devra changer d’école pour conserver sa job à temps plein. Donc, cette année, sur l’échafaud, y a la prof de gym, la prof d’art, la prof d’anglais (cinéaste avertie!) et votre humble serviteur.

S’ils se débarrassent de nous, ils devront en principe assumer notre tâche. La gym et l’anglais sont prescrits par le régime pédagogique, ainsi que deux disciplines artistiques. Y a rien qui dit que ce doit être fait par des spécialistes. Dans une des écoles du projet, dès la quatrième année, ils n’ont plus de spécialistes en art. Même avant ça, ils n’ont qu’un prof d’art plastique. Pas de musique, de danse ou d’art dramatique. Je sais pertinemment que les titulaires n’assument pas. Résultat? Des enfants éteints.

Mais bon, j’suis un type qui aime bien tout remettre en question. Si si... Ce qui me chicote par contre, c’est que ce sont seulement les enseignants qui décideront de mon sort. Les professionnels (éducateurs spécialisés, orthophonistes, psychoéducateur), la direction, le service de garde, les parents et les principaux intéressés, les enfants, n’ont pas leur mot à dire.

Huh? Ça doit être approuvé par le conseil d’établissement? Pfff...

Le plus troublant, c’est qu’au moment final, ce ne sont pas les matières qui déterminent les choix, mais plutôt la personnalité des spécialistes et surtout, leur capacité à gérer une classe.

J’suis un sale con, mais j’ai une bonne gestion de classe. Pitié, gardez-moi!








...

13 commentaires:

Samuel Pothier a dit…

Faîtes-leur le numéro de Groucho Marx dans «Animal Crackers», ils ne sauront plus quoi penser et déboussolés, insisteront pour vous conserver (dans le vinaigre).

http://www.youtube.com/watch?v=i6yLRmo7CjU

France a dit…

Ahhhh... Je comprends maintenant pourquoi mes enfants n'ont plus de musique...

Ils seraient fou de se passer de toi, ta passion est contagieuse, elle transpire à travers toutes les pores de ce Blog!
Tu semble avoir le charisme nécessaire pour résister aux coupures, en tout cas, c'est ce que je te souhaite!

Le professeur masqué a dit…

Ils n'ont jamais pensé à se débarrasser de toi? Tu es donc si aimable...

Prof Malgré Tout a dit…

Je me pose la même question. J'crois que c'est plutôt ma gestion de classe.

Le professeur masqué a dit…

PMT: je jasais avec un prof spécialiste et je pense que c'est plutôt la gestion de classe des autres qui les intéressent. C'est vrai: vous êtes poggnés avec la façon dont le titulaire les gère, non?

Prof Malgré Tout a dit…

PM : Y a pas mal de spécialistes qui pensent ça. Personnellement, j'suis pas d'accord. C'est certain qu'il y a des choses qui ne nous appartiennent pas comme par exemple, une classe de première année qui n'a pas un rang prédéfini pour les déplacements (héhé... on est loin du secondaire, hein?). Ce n'est pas moi qui doit leur montrer comment prendre un rang en les voyant une fois semaine. Par contre, quand la porte de mon local se ferme, c'est moi le boss et on joue avec mes règles.

Quand j'en arrache, c'est de ma faute ou celle des élèves. Ça arrive habituellement lorsqu'ils sont trop nombreux (nous avons trop de classes en dépassement avec plein de TC intégrés qui n'ont parfois même pas de cote...). Ce n'est certainement pas la faute de quelqu'un qui n'est pas avec nous...

crocomickey a dit…

Allez ! Go Prof Go !

Je vote pour toi !

Anonyme a dit…

Je me demande quelle serait la réaction des titulaires si nous faisions l'opération inverse...

Pourquoi ne pas abolir la 3e année lorsque les profs du niveau n'ont pas une gestion de classe adéquate ?

Le plus désolant dans tout ça est que bien souvent, ça se discute devant nous en assemblée générale...

Étant absente depuis novembre et ayant un retour prévu seulement pour septembre 2011, j'ai bien hâte de savoir combien de groupe il me restera rendu là...

Anonyme a dit…

Engagez-vous qu'ils disaient...

AVa

Anonyme a dit…

Votre "Pfff.." confirme une réalité scolaire. Il faudrait que la ministre, à qui on demande de comprendre bien trop de choses, il faudrait qu'elle comprenne que les arts sont un plus pour nos enfants-rois ignares.

Aujourd'hui je parlais avec un prof du secondaire qui a plus de 40 ans d'expérience et qui a enseigné à tous les niveaux. Ses doléances? Les petits de un et de deux sont immatures, impolis, ne savent pas travailler "dans le vrai sens du terme" et SURTOUT, n'ont aucune culture.

Vivement une pétition à madame Courchesne pour que nos enfants aient accès à une CULTURE.

Jane a dit…

Je ne croyais pas que le monde enseignant était aussi instable que ça.... c'est vraiment dommage car les profs font un boulot quasi aussi important qu'un médecin!

unautreprof a dit…

Souvent, dans la gestion de classe, je pense que si on croit qu'on va finir par avoir le dernier mot (en général car il y a aussi parfois, pas trop souvent,des moments où on peut aussi "plier" lorsque c'est payant au bout du compte pour pas mal tout le monde), qu'on sait tenir notre bout et être constant, ça fait une bonne partie du chemin. Si en plus on a la relation, c'est un autre bon bout.
Je t'ai déjà dit que mes collègues avaient fait le choix de l'art dramatique cette année au lieu de musique pour l'adapt. Je n'étais pas d'accord, vu le manque d'enseignants formés qui veulent prendre ces fins de tâches dans une école défavorisée. L'an prochain, on retrouve la musique, suite à l'expérience assez ordinaire de cette année. De plus, ironie du sort, cette année, la prof de musique principale est géniale et a le tour avec les groupes du régulier qui sont aussi "adapt" que nous!
J'en souffre encore!

Le problème est que le titulaire n'est pas formé pour les arts. J'ai beau aimer les arts plastiques et lire mon programme, ça ne sont pas mes souliers. C'est hallucinant aussi le nombre de profs qui ne font pas la différence entre arts plastiques et bricolage. D'excellents profs, avec de l'expérience et tout.

Faut être motivé et fait solide pour être spécialiste avec ces changements à toutes les années.

Prof Malgré Tout a dit…

Arts plastiques vs bricolage. Tout est dit!

Un truc qui les bouche aussi, c'est de leur laisser le dernier mot : 'Oh, je comprend. Tu as besoin d'avoir le dernier mot. Alors, dis-le et on continue le cours'. Comme ils aiment nous contrarier, habituellement, ils se taisent et on peut continuer à enseigner.