26 août 2008

K

Quand j’étais ti-cul, j’ai eu la chance de faire quelques années de piano. Mon père avait déniché un vieil instrument pour des pinottes et madame Fréchette qui habitait à trois maisons de chez nous ne chargeait que cinq piastres de l’heure. N’allez pas croire que mon père m’ait acheté un piano. C’était pour ma soeur, moi, j’ai eu une flûte à bec. Mais quand j’ai demandé à suivre des cours, moi aussi, il était coincé. En passant, c’est de la même façon qu’une guitare est entrée dans la maison des années plus tard. Quand la soeur en a eu marre, j’ai pris et j’ai appris.

Anyway... C’est vers la sixième année que j’ai convenu avec quelques-uns de mes copains que le piano, c’était «fif». Pas autant que le patinage artistique, mais quand même... j’étais pas une tapette. Orientation sexuelle oblige, j’ai cessé les cours immédiatement.

Mais quand je me retrouvais seul, j’enfonçais la pédale douce (pas de jeu de mots s’il vous plaît), car à deux cordes, ça sonne un peu moins faux qu’à trois et je jouais le seul truc que je pouvais encore jouer.


Friedrich Kuhlau
Sonatine pour piano en do majeur, opus 20, No.1.
Premier mouvement, Allegro







Jenö Jandó, piano



Si c’n’était pas de ce mouvement de sonatine, je serais sûrement actuaire aujourd’hui... À moins d’avoir eu les couilles d’aller en math pures... Miam!










...

12 commentaires:

zviane a dit…

deux cordes plutôt que trois?? Ahem! T'avais un piano à queue??

Si oui: ben c'est pas deux cordes, c'est une - pis c'est pour ça qu'on l'appelle la pédale "una corda".

Si non: les marteaux ne se déplacent pas sur un piano droit, c'est un mécanisme propre aux pianos à queue (avec le double échappement (quoi qu'aujourd'hui, un piano droit à double échappement est possible!...). Quand on pèse sur une pédale douce d'un piano droit, les marteaux font juste s'avancer plus près des cordes. La distance d'attaque est moins grande, alors ça sonne moins fort (il existe aussi d'autres mécanismes avec du feutre, mais dans tous les cas, le marteau frappe bel et bien trois cordes (sauf dans le médium-grave et le grave, bien entendu)).

Sinon... c'est pas SI pire, pour une sonatine!!... mais tu jouais vraiment ça? ça a pas l'air d'une pièce de débutant! (du moins, joué à cette vitesse)

Prof malgré tout a dit…

Wow! Ça parait que je n'ai pas de piano? Je pensais que c'était le même mécanismes sur les pianos droits. Pfff...

Anyway, la toune est vraiment facile. Les basse d'alberti sont toujours simples (contrairement à chez Mozart où ça déconne trop pour moi...). Je l'ai joué vers les onze ou douze ans, quand j'ai lâché le piano et c'est vrai que ça sonne vraiment bien pour la difficulté.Je vais chercher la partition en pdf!!!

Prof malgré tout a dit…

Oui mais... Zviane!!! Ça se peut qu'un piano qui ait plus de 100 ans joue seulement sur deux cordes avec la pédale douce? Comment ça se fait que ça sonne moins faux? J'ai joué un peu chez mes parents y a pas si longtemps, et je mettais la pédale pour ça...

zviane a dit…

Quand tu pesais sur la pédale douce, voyais-tu le clavier qui se déplaçait?

Prof malgré tout a dit…

J'ai le feeling que oui... J'y vais ce week-end.. peut-être. Je vais vérifier ça, c'est certain. Peut-être que les feutres des marteaux sont tellement usés que sans la pleine distance, ils n'arrivent pas à faire vibrer la corde. Quand j'ai eu piano instrument second à Saint-Laurent, je l'ai fait accordé et le type m'a dit que les marteaux étaient vraiment fichus.

zviane a dit…

ça me surprendrait pas mal que les marteaux se déplacent, mais si jamais c'est le cas, tiens-moi au courant, je me coucherai moins niaiseuse!

Prof malgré tout a dit…

Pour l'instant, je me sens un peu niaiseux. Ça donne l'impression que tout le billet est de la bullshit, alors que pour une fois, c'en n'est pas...

Cette toune, c'est mon fil d'Ariane. D'où je viens, la culture, c'est ta responsabilité. Y a quand même un avantage à ça : je ne connaissais rien d'autre. Si j'avais connu les sonate de Mozart et de Beethoven, j'aurais déprimé avec ma sonatine de Kuhlau. Là, ça m'a juste donner le goût de connaître les autres machins, de ne pas sombrer...

C'est tellement malsain que je limite mes visites au bercail au stricte minimum.

L'avantage, c'est que c'était facile d'améliorer mon sort!

zviane a dit…

Meuh non, on y croit quand même, à ton histoire!... :)

Et puis une visite au Bercail, c'est très sain. Ça nous permet de voir le chemin qu'on a fait, quoi.

Prof malgré tout a dit…

Sain? C'est ce que ma blonde prétendait avant de mieux connaître ma famille.

Merci de me croire :P

zviane a dit…

...et puis, cette pédale?

Prof malgré tout a dit…

Pas encore allé... Ce soir, on a des copains qui viennent souper. Peut-être que demain je vais me risquer chez les parents. Ce n'est pas à la porte...

Prof malgré tout a dit…

T'as (encore) raison Zviane. Ce sont les marteaux qui s'approchent des cordes. Bordel... J'ai tellement l'image d'un piano où j'appuie sur la pédale douce pour qu'il soit moins faux. Je vois encore le clavier bouger... Je l'ai fait tellement souvent. Ça devait être à Saint-Laurent sur un des vieux pianos à queue qui traînaient à l'étage.