03 mars 2008

«Donne-moi du lard, je te dis. Donne-moi du lard!»

Ah oui? Vous trouvez ça drôle qu'Iseult meurt devant le cadavre de son mec? Et bien, riez! Mais l’opéra, ça peut aussi être très sérieux. Dans ce que vous allez entendre aujourd'hui, le compositeur rejette totalement les bases de l’opéra tel que nous le connaissons. Eh oui...

Il ne s’agira pas cette fois d’un ténor qui veut coucher avec une soprano, mais en est empêché par une basse jalouse qui ne se doute pas que le baryton et la mezzo sont de mise avec le ténor et qu’en réalité, il n’a pas d’ami et personne ne l’aime alors que c’est les ténors qu’on devrait mépriser... Trop prévisible tout ça. On veut du neuf!

Et bien, ne reculant devant rien, Francis Poulenc nous offre "Les Mamelles de Tirésias". Il pousse même l'audace jusqu'à adapter lui-même la pièce d'Apollinaire.


Vous allez voir, c’est une histoire toute simple.

Prologue

On s’en fout! Rien à cirer!

Acte 1

Thérèse en a marre d’être une femme soumise, mais voilà qu’un beau jour, ses seins se transforment en ballons et s’envolent au loin. Comme son mari n’est pas très compréhensif et refuse de collaborer, elle le ligote et le travestit.

Commencez-vous à être excités?

Comme la barbe lui pousse, Thérère devient le Général Tirésias et part à la conquête du monde. Le mari ne voit qu’un espoir pour repeupler la France : tomber lui-même enceinte!

Entre-temps, y a des gens qui meurent et qui reviennent en vie, mais ce n’est d’aucun intérêt. Nous ne sommes pas des pervers tout de même.

Acte 2

Le mari a mis bas à 40049 bébés en une seule journée! La France est sauve, mais y a un petit problème... Un gendarme se pointe pour annoncer que les habitants de Zanzibar manquent de bouffe et que c’est sa faute. Une diseuse de bonne aventure se pointe et prédit que le mari sera multimillionnaire, tandis que le gendarme crèvera pauvre. Frustré, ce dernier tente de lui passer les menottes, mais elle l’étrangle. Vous l’avez deviné! La diseuse de bonne aventure n’était nulle autre que Thérèse qui vient pour se réconcilier. En guise de finale, le couple entonne un air plein d’espoir :

Ecoutez, ô Français, les leçons de la guerre
Et faites des enfants, vous qui n'en faisiez guère
Cher public: faites des enfants!


Je pense que le message est clair : tout le monde tous nus!


Voici le premier air de Thérèse chanté par Nathalie Dessay.








Il faut l'écouter avec le texte!

Thérèse


Non Monsieur mon mari
Vous ne me ferez pas faire ce que vous voulez
Je suis féministe et je ne connais pas l’autorité de l’homme
Du reste je veux agir à ma guise
Il y a assez longtemps que les hommes font ce qui leur plaît
Après tout je veux aussi aller me battre contre les ennemis
J’ai envie d’être soldat une deux une deux
Je veux faire la guerre et non pas faire des enfants
Non Monsieur mon mari vous ne me commanderez plus
Ce n’est pas parce que vous m’avez fait la cour dans le Connecticut
Que je dois vous faire la cuisine à Zanzibar

Voix du mari

Donnez-moi du lard je te dis donnez-moi du lard

Thérèse

Vous l’entendez il ne pense qu’à l’amour

Mais tu ne te doutes pas imbécile
Qu’après avoir été soldat je veux être artiste
Parfaitement parfaitement
Je veux être aussi député avocat sénateur
Ministre président de la chose publique
Et je veux médecin physique ou bien psychique
Diafoirer à mon gré l’Europe et l’Amérique
Faire des enfants faire la cuisine non c’est trop
Je veux être mathématicienne
Groom dans les restaurants, petit télégraphiste
Et je veux s’il me plaît entretenir à l’an
Cette vieille danseuse qui a tant de talent

Voix du mari

Donnez-moi du lard je te dis donnez-moi du lard

Thérèse

Vous l’entendez? Il ne pense qu’à l’amour

Mais il me semble que la barbe me pousse
Ma poitrine se détache

Elle pousse un grand cri et entr’ouvre sa blouse dont il en sort ses mamelles, l’une rouge, l’autre bleue et, comme elle les lâche, elles s’envolent, ballons d’enfants, mais restent retenues par les fils.

Envolez-vous oiseaux de ma faiblesse
Et caetera
Comme c’est joli les appas féminins
C’est mignon tout plein
On en mangerait

Mais trêve de bêtises
Ne nous livrons pas à l’aéronautique
Il y a toujours quelque avantage à pratiquer la vertu
Le vice est après tout une chose dangereuse
C’est pourquoi il vaut mieux sacrifier une beauté
Qui peut être une occasion de péché
Débarrassons-nous de nos mamelles

Qu’est-ce à dire...
Non seulement ma barbe pousse mais ma moustache aussi

Eh diable
J’ai l’air d’un champ de blé qui attend la moissonneuse mécanique

Je me sens viril en diable
Je suis un étalon
De la tête aux talons
Me voilà taureau
Me ferai-je torero?
Mais n’étalons
Pas mon avenir au grand jour
Héros, cache tes armes
Et toi mari moins viril que moi
Fais tout le vacarme
Que tu voudras



Quelle femme!!! C'est succulent lorsqu'il lui dit : "donne-moi du lard" et elle de répondre : "il ne pense qu'à l'amour...". Ça ne vous fait pas penser à Boris Vian, vous?

Bordel! Je n'ai même pas parlé de moi...

À l’université, c’est une bonne copine qui accompagnait les chanteurs et comme ça me garantissait un bon coup de rouge sur le bras après le concert, j’étais son tourneur de pages attitré. Cet air était très populaire ces années-là et devinez qui se levait pour chanter la réplique du mari...


"Donne-moi du lard, je te dis! Donne-moi du laaaaaaaaaard!"





...

9 commentaires:

Hortensia a dit…

C'est pissant ce truc!
Vraiment très très drôle.
Je n'ai jamais lu la pièce d'Apollinaire, même si je la connais de réputation. Les mamelles bleu et rouge qui se détachent et s'envolent tout comme la fameuse réplique me font aussi penser à Vian dans L'Écume des jours. Et puste de t'imaginer, même si je ne t'ai jamais vu, chanter "Donne-moi du lard"... Pouahahah!

zviane a dit…

Poulenc est mon HÉROS!!!

Prof malgré tout a dit…

Hortensia : J'ai pensé à toi en faisant le billet...

Poulenc a presque conservé la pièce intégralement pour le livret. Pour le paroles de cet air, j'ai pris le texte du théâtre et j'ai enlevé quelques mots et les didascalies.

Zviane : C'est étonnant qu'il ne soit pas plus joué... J'ai l'impression qu'au Québec, on fait pas mal dans la musique symphonique et comme il n'est pas connu pour ça... Qui sait? Moi, j'aime bien ce que je connais de lui, mais j'avoue que ce n'est pas beaucoup.

zviane a dit…

Prof: aaaaaah mais je suis vraiment une fan finie de Poulenc! On le joue pas souvent dans les orchestre, mais il a pas tant de tounes pour orchestre, non plus, mais en musique de chambre, on le joue relativement souvent! (ben dans les universités, tout le temps!... Surtout les chanteuses et les clarinettistes). Yé TROOOP COOL POULENC C'EST LE PLUSSS COOL!!!

Tu me crèrais-tu si je te disais que je possède une camisole sur laquelle c'est écrit "I love Poulenc"? - Pis je suis allée voir sa tombe en janvier dernier! WOOT!

Prof malgré tout a dit…

Je te crois pour la tombe, mais le t-shirt... y a des manches rayées?

Le dialogue des Carmélites est aussi souvent monté dans les universités parce qu'il y a plein de rôles féminins et qu'il y a toujours plus de filles que de gars en chant.

crocomickey a dit…

Tripant ! Très tripant !

Je ne savais pas que l'humour contemporain existait dans la musique 'dite' classique.

Une belle découverte. J'irais bien tourner les pages moi aussi ...

Sylvain Marcoux a dit…

Mort de rire!

Zed Blog a dit…

Qui t'a donné le droit de lire dans mes pensées?

« Un beau matin de juillet, le réveil
A sonné dès le lever du soleil
Et j'ai dit à ma poupée : "Faut te s'couer
C'est aujourd'hui qu'il passe"
On arrive sur le boulevard sans retard
Pour voir défiler le roi d'Zanzibar
Mais sur-le-champ on est r'foulé par les agents » (Boris Vian)

Prof Malgré Nez, j'ai ta douce au téléphone. Elle s'inquiète au sujet de tes fantasmes sexuels, en particulier des effets de l'allaitement d'En Saignant. J'avoue que je n'ai rien à dire pour la rassurer.

Que devrais-je inventer?

Zed (et encore merci)

J'ai vachement aimé ton au-porc-ha. Nus ce tétées les paroles, on aurait dit un grand classique dans le sens de... Bon oké. ;-)

Anonyme a dit…

Your blog keeps getting better and better! Your older articles are not as good as newer ones you have a lot more creativity and originality now keep it up!