02 juin 2011

Suzuki versus MELS

J'vous ai dit que j'enseignais le piano à mon fils de  cinq ans? Je reviendrai la-dessus un autre jour. Que voulez-vous... j'suis fauché et je ne peux pas lui payer un prof de qualité.

Donc, en parent consciencieux, j'ai fait un peu le tour des méthodes, mais j'ai surtout fait à ma tête. Curieusement, ce que je fais rejoint en plusieurs points la méthode Suzuki.

Curieusement, le programme de formation du MELS ne rejoint pas tellement la méthode Suzuki.

Bof... si y en a qui veulent explorer l'univers sonore en grattant, frottant, brassant, léchant, tètant, etc... ils peuvent bien continuer de le faire. En attendant, nous on joue des notes et ça donne de la musique.






À suivre

...

4 commentaires:

Anonyme a dit…

ha ha ha! Un guitariste qui donne des cours de piano parce qu'il est cassé.
Et le ministère n'arrive pas à fournir cette qualité dans les écoles car il faut lécher et tèter...

Impressionnant ce Suzuki et il fait très bien dans la motocyclette aussi...

wow! Wow! Wow!

Et moi qui se gênais pour enseigner la guitare...

Profdemézizmouetout

Profquifesse a dit…

Insignifiant : ce que faisait ma fille en troisième ou quatrième année était insignifiant. Ce ne sont pas des cours de musique mais des leçons d'environnement sonore où les enfant apprennent à ne pas jouer ensemble et à faire le même boucan qu'aux heures de lunch, mais avec des percussions. Priorité à l'expression (bing, beding, boung et plaf), aucun souci du rendu sonore ni de l'effacement de soi au profit de la musique. C'est l'héritage de la méthode Orff,visiblement jamais remise en question.

Anonyme a dit…

Intéressant! Tout l'monde s'en mêle!!!
Profdemuzikmouétout

Prof Malgré Tout a dit…

Profdemusiquemoetout : J'ai quand même un peu de piano derrière la cravate. J'ai joué des préludes et fugues de Bach au cégep et j'ai même tâté de la Fantaisie impromptue. Mais, s'il persiste, il aura droit à un vrai prof.

Profquifesse : Je comprends votre désarrois, mais ça n'a rien à voir avec la méthode Orff qui est plus axée sur l'interprétation.