24 février 2010

L'invasion rouge

Parfois, ça ne se fait juste pas...

J’ai deux rouquins comme musiciens dans le projet cette année.

Une invasion.

LE P'TIT ROUX : Eille PMT! J’ai une joke pour toé!

Moi : Huh?

LE P'TIT ROUX : Comment t’appelles ça un roux sur un bicycle?

J’vais quand même lui laisser son heure de gloire.

MOI : Un roux sur un bicycle? Hum... J’sais pas.

LE P’TIT ROUX (tout content d’être heureux) : Un trois roues!!!

MOI : J’en ai une pour toi! Un roux sur un tricycle, t’appellerais ça comment?

LE P’TIT ROUX : Sur un tricycle? Heu...

MOI : Come on...

LE P’TIT ROUX : Ben là... J’la connais pas...

PMT : C’n’est pas toi qui l’as inventée, la blague, hein?

LE PAUVRE PETIT ROUX : Heu... non. Pas vraiment.

PMT : Les autres?

Ils sont sept.

LES AUTRES : ...

MOI : Un quatre-roues.

LUI : Un quatre-roues?

MOI : Yep... Un quatre-roues.

LUI : OK.

Fascinant. Et ils ne sont pas cons du tout. Enfin, presque pas... J’les adore, ça aide leur cause. Ils ne peuvent seulement pas faire de transfert de connaissances.

C’est courant.


***

Tranche de vie

Je devrais reprendre du service sur le blogue bientôt. J'ai terminé mes arrangements et les pseudo-partitions pour mes musiciens du projet. Toutes les musiques des chansons et des danses sont terminées. Il ne me reste qu'à écrire quelques paroles avec les élèves, bidouiller des musiques d'ambiances et de transitions à partir de l'opéra (si possible) et ensuite enregistrer le CD avec les chanteurs (ça, c'est un gros morceau). C'est la première fois en neuf ans (?) que je suis aussi avancé à la relâche. Disons que le deuxième enfant impose une organisation du travail pas mal plus stricte.

Bof... J'n'ai pas de contrat les mercredis après-midi et je bosse toujours à l'école quand même. Ça ressemble à une explication.

Mais j'me suis embarqué dans un projet de slam avec une classe... J'vais me faire payer deux après-midi, mais ça risque de m'en prendre huit.

Quel con.









...

6 commentaires:

Pimpette a dit…

"Le verbe adapter est trop facile: «Je vais l'adapter» implique quelque chose que n'importe qui peut faire - passez-moi ma boîte à outils, donnez-moi une demi-heure et je vous l'adapte. Mais transformer un roman en une série télévisée ou un film, un opéra, une comédie musicale ou une pièce radiophonique, est un acte bien plus compliqué et radical qu'on l'imagine" - William Boyd.

En lisant cette phrase aujourd'hui, j'ai tout de suite pensé à vous, gossant les airs de la Flûte à la guitare, un peu trop tard le soir.

Prof Malgré Tout a dit…

J'aime bien l'idée de "gosser". C'est vraiment mon approche : gosser jusqu'à ce que ça marche.

Il faut que vous veniez voir le spectacle cette année.

Pimpette a dit…

J'en ai bien l'intention. J'irais par pur plaisir, mais en plus, ça aura une utilité professionnelle (suis nouvellement bibliothécaire et travaille surtout avec la clientèle scolaire - alors je me dois de connaître toute idée ou projet permettant de mettre en contact les enfants avec la culture).

C'est où, c'est quand?

Vengeresse Adorable a dit…

Un tout petit message pour signifier qu'il n'est pas con du tout de se faire exploiter pour quelque chose qu'on aime, ou pour des petits qu'on apprécie. Oui, c'est écoeurant de ne pas être rémunéré pour ce qu'on fait...une chance qu'il y a des profs comme vous...malgré tout...:p

Vengeresse Adorable a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Vengeresse Adorable a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.