20 avril 2009

Grossesse nerveuse?

Bordel! Ça fait deux heures que je passe l'aspiro dans mon local et je tripe. En plus, je trouve que le concierge est nul et que je devrais faire moi-même ce qu'il fait si mal...


C'est nerveux, hein? J'suis pas vraiment enceinte?



...

13 commentaires:

Pimpette a dit…

Exercice d'un savoir nécessaire dans une compétence horizontalement transversale?

Prof_Minicia a dit…

C'est peut-être la ménopause, va falloir aller faire pipi sur un petit bâton!

Jeune libraire quelconque a dit…

Cette espèce de frénésie de balayeuse s'est emparé de moi à quelques reprises lors de journées assez mornes merci à la Librairie Quelconque où je travaille. C'était un plaisir passager pour moi... rien de permanent! Bref, je compatis.

Le professeur masqué a dit…

PMT: toi, enceinte? Nous cacherais-tu des choses? : )

Anonyme a dit…

Voilà la preuve que les journées pédagogiques sont une perte de temps et d'argent.

Anonyme a dit…

Mais non, PMT a tout simplement décidé de contribuer au jour de la Terre. La poussière finira par retomber.

Prof Malgré Tout a dit…

Premier Anonyme : Un environnement sain et agréable peut contribuer aux apprentissages des élèves. Je n'irai pas jusqu'à repeindre les murs de la classe ou participer à une corvée collective le week-end, mais nettoyer les instruments et les endroits négligés par les gens de l'entretien ménagé, c’est investir dans ma qualité de vie et par conséquent, celle des élèves.

J’suis asthmatique (bien contrôlé, vive le Pulmicort!) et allergique à la poussière. Comme j’enseigne toujours en magistral et que parle à haute voix (faut bien couvrir le son des instruments...) et que je solfie et chante beaucoup en classe, ce n’est pas du luxe un peu d’aspiro une fois par année. Me mettre sur la CSST si je me tape des crises d’asthme à répétition, ça c’est du gaspillage de temps et d’argent.

Vous cherchez vraiment la preuve que les journées pédagogiques sont une perte de temps et d’argent?

Bonne chance.

Anonyme a dit…

Vous me convainquez de la nécéssité du ménage de votre classe mais pas du bien-fondé de votre intervention ménagère. Un professionnel de la pédagogie doit avoir d'autres occupations et préoccupations que celles de passer le balai. Il faut choisir! ¨ Aspirez ¨ à d'autres fonctions ou changez de corps d'emploi pour devenir concierge! Insistez auprès de votre direction...( l'avez-vous fait? ) À défaut, si votre demande reste lettre morte, informez-en directement la CSST.

Prof Malgré Tout a dit…

Et toutes ces démarches, je les fais pendant mes pédagos?

L'entretien général des instruments est habituellement fait pas les profs de musique. Demander au concierge d'enlever les notes des xylos pour les dépoussiérer? Pfff.

Y a vraiment pas de quoi devenir concierge. Un prof qui penserait comme vous serait bien malheureux.Imaginez un prof de gym qui refuserait de gonfler des ballons...

Avis aux détracteurs : au moment où j'écris ce commentaire, je ne suis pas sur le slip de paye de la commission scolaire.

Anonyme a dit…

Dans votre tâche, votre direction vous a demandé de placer chaque semaine une période déterminée, dans votre TNP, où vous êtes disponible pour la rencontrer. Rappelez-le lui gentiment! ( En guise d'équité, on vous a ajouté cinq heures de temps de présence obligatoire. Je vous trouve bien généreux! )Vous avez donc quarante possibilités par année d'aller en parler avec elle.

Pour ce qui est des pédagos, la direction se charge de vous placer des rencontres collectives, des perfectionnements, de vous demander de compléter des rapports et des études de ceci et celà, d'assurer la visibilité et le rayonnement de l'institution, et autres futilités du genre.

N'avez-vous jamais eu le sentiment de manquer de temps durant les pédagogiques? ¨C'tu effrayant, on a le temps de rien faire durant une pédago! ( air connu ) ¨ Qu'ils nous foutent un peu la paix! Que chacun fasse son métier professionnellement!

Prof Malgré Tout a dit…

Anonyme : Y a plein de gens qui me disent que je ne devrais même pas vous répondre. Vous me rappelez un prof qui l'an dernier questionnait ma tâche devant d'autres membres de l'équipe-école parce que j'avais accompagné trois élèves à l'opéra.

Voyez-vous, je ne reçois pas toutes mes payes de la CSDM. J'ai en réalité deux employeurs et ça, ça ne regarde pas mes collègues. Si on me paye des billets à 150 balles pour que j'accompagne trois élèves que j'aime bien à l'opéra, je peux bien y aller et considérer que ça fait partie de l'autre job. Mais ce prof, il voulait que je demande une compensation financière à la csdm pour ma soirée à l'opéra. Le genre inquisiteur... Je ne vois vraiment pas ce que ça changerait dans sa vie.

Ça m'a pris un moment, mais j'ai décidé de ne plus lui adresser la parole. Plus simple. Maintenant, il n'est plus là. J'espère qu'il est heureux où il est et que la convention collective est appliquée à la lettre dans son école (son bien-être semble en dépendre).

Pourquoi je vous parle de ce type? Parce que vous tenez le même genre de discours que lui. Si je préfère donner un coup d'aspiro dans ma classe un fois par année et ainsi m'assurer que les instruments ne seront pas abîmés par des gens qui le feraient n'importe comment, c'est mon affaire.
Cette année, j'ai fait remplacer 70% des néons de ma classe (ils étaient bruyants), j'ai des stores dans toutes les fenêtres (un luxe à la commission scolaire), fait augmenter la mémoire vive de l'ordinateur portable (eh oui, j'ai un portable de fourni) et mon patron s'est retrouvé avec plein de dilemmes que je lui refile parce que j'n'ai pas envie d'avoir la tête trop pleine. Demandez-lui s'il aime ça... Je suis du genre à me plaindre dans le bureau du directeur plutôt que dans la salle des profs et devinez quoi... j’ai une excellente relation avec lui. Beaucoup pense que je suis trop docile... Pfff.

Transparence.

Comme bien des syndicalistes, vous êtes tenté de me dire quoi faire et quoi penser. Le prof dont je vous parlais, un matin, en venant à l'école, ramassait des bidons de plastique dans les boîtes de récupération pour un projet. Sa voiture était mal garée et il a chopé une contravention. Croyez-vous qu'il a demandé des compensations financières au directeur? Une pour le temps en dehors des heures de classe et l’autre pour la contravention.

Vous pouvez continuer de me laisser des commentaires et parfois j'y répondrai, mais ne le prenez pas mal si je ne réponds pas toujours. J’écris ce blogue pour rigoler. Même lorsque le sujet semble sérieux, par exemple les évaluations, la réforme, etc., ce blogue est avant tout un espace de détente et sans blague, vous n’êtes pas reposant.

Vous n’avez pas la langue dans votre poche et une bien meilleure plume que moi. Écrivez un blogue... J’sais pas moi. Un petit guide de survie dans le monde de l’éducation.

Bon... faut que j’y aille. Sans rancune.

Anonyme a dit…

Cassé!

Anonyme a dit…

Ne lisez pas ceci. Écoutez plutôt vos ¨amis ¨. Ce n'est pas moi qui ne suis pas reposant, c'est le contexte. J'ai beaucoup de respect pour votre blogue et pour vous-même. Si j'y consacre mon attention, c'est que je le trouve bien fait et qu'il m'interpelle sincèrement.
Je ne saurais vous en vouloir et sans vouloir vous les casser( GARDE À VOUS! ) , il est vrai que vous ne pouvez demander de compensations financières à la CSDM quand vous travaillez pour votre autre employeur. Il en est de même pour les journées de maladies. Vous comprenez que les vases ne communiquent pas. Les cruches non plus d'ailleurs, ha, ha, ha! ( celle-là, c'est pour détendre l'atmosphère et respecter le côté rigolo de ce blogue ).

L'évaluation des élèves de la CSDM par un enseignant qui n'est pas à son emploi est-elle réglementaire et conforme à ses statuts ? Celle-ci se pèterait davantage les bretelles si elle contribuait à créer et maintenir des postes. Votre travail contribue au rayonnement de l'institution ( et rejaillit sur toute la communauté, bla,bla,bla, on connaît ce genre de discours, bon! ). Vous avez l'admiration de toutes et tous! Attendez-vous à recevoir des éloges, sans plus.

Il y a des arrangements qui font l'affaire un certain pour un laps de temps mais qui perpétuent la précarité. À long terme, tout le monde y perd. Il vaudrait mieux revendiquer la stabilité, pas celle que préconise la CSDM. Maintenant que vous en avez fait la preuve, la CSDM juge t-elle pertinent de créer ce poste? Il est certain qu'il vous échapperait et je comprend votre réaction.

Quand votre autre employeur n'aura plus besoin de vos services, ou n'aura plus les moyens, vous réaliserez que vous faisiez du sur place. En regardant des statuettes, ou des plaquettes, vous penserez peut-être à la stabilité en emploi.
Sans rancune ni mesquinerie aucune.