05 février 2009

Une petite histoire, juste comme ça...

C’est le coordonnateur du projet qui nous a raconté ça ce matin.

Y a un de nos jeunes, qui comme bien d’autres p'tit gars de son âge, idolâtre les Canadiens de Montréal. C’est un enfant assez pucké (d’où peut-être sa passion pour le hockey?), mais tout de même attachant. Un junky de l’attention. Si on lui donne la bonne dose, ça va. Sinon, trop c’est comme pas assez.

J’vous en parle parce que dimanche c’était son anniversaire et que, devinez quoi, sa mère avait trois billets pour aller voir le match contre les Bruins! Ils sont justement trois dans la famille : papa ours, maman ours et bébé ours.

Chouette, hein?

Elle a décidé d’y aller avec le père et une tante.

Vous avez bien compris. Un billet pour maman, un pour papa et un pour... matante!

Ils ont tout de même laissé du fric à l’enfant pour qu’il aille regarder le match à la Cage aux Sports avec son cousin. On ne laisse pas un enfant seul à la maison...

...Surtout le soir de son anniversaire.


Je me demande s’ils avaient une pancarte «Bonne Fête Fiston!» pour l’éventualité où la caméra se braquerait sur eux... Il aurait pu les voir à la télé.

Je me demande si les employés lui ont chanté "Bonne Fête"...







...

42 commentaires:

Docteur Maman a dit…

S'agit-il de cruauté, ou purement de stupidité aiguë de leur part?

Manquer un match des Canadiens quand tes parents ont trois billets, c'est déjà triste. Mais le soir de ta fête...

Ils mériteraient d'avoir reçu la puck en plein front!

Missmath a dit…

C'est à pleurer.

Je suis bien contente de ne pas travailler à ton école, je pourrais cracher au visage de gens méprisables comme ça.

Une Peste! a dit…

Quels cons.
Quels cons.
Quels cons.

:-\

Anonyme a dit…

Imbécilité, va.

Mme Unetelle

Jean a dit…

Triste. L'Humain est capable du meilleur... comme du pire...

garamond335 a dit…

Qui gagne le gros lot de la connerie ?
Les parents ou la tarlaise de tante ?
Pas possible du monde de même....

Ti-Brin a dit…

Wow...
Je connais un peu ton milieu,(ma mère est prof au primaire aussi) et souvent, je ne peux pas COMPRENDRE que ces gens-là ont des enfants.

Dans la vie, il y a la cruauté, et la tristesse...

Mais ça, c'est pire...

La digresse a dit…

Je suis partagé en tre une tristesse pour ce petit et une indignation incandescente pour ces gens!! Les mots qui me viennent en tête tiennent plus du catéchisme que du français!

Il y a des coup de pied au cul qui se perdent...

Forsythia a dit…

Mon dieu, mais ça brise le coeur !
C'est épouvantable!
Je n'ai pas de mots!

[Lµd] a dit…

Je crois bien avoir fréquenté une école dans le même genre. Triste pour cet enfant.

Anonyme a dit…

Ben voyons donc!

Le monde a pas d'allure! Je suis découragée!

Karakorom a dit…

C'est infiniment triste cette histoire...le bonheur était tout près pour cet enfant...

Manumarilolo a dit…

Ayoye! Scandalisée... c'est pas le mot...
Admettons qu'il ne "méritait" pas cette sortie pour un comportement odieux selon ses parents... En t k, moi, j'aurais donné une conséquence autre...
Pôv ti-pit. Je ne peux pas faire autrement que d'avoir pitié de lui et de ses parents.

Anonyme a dit…

Je gage que la matante couche avec le père et c'est pour ça qu'il l'a invitée à la place de son flot...

Anonyme a dit…

C'est aussi bien comme ça, ils ont perdu. Le jeune s'en serait pas remis. Je suis certain que le père a pensé à cela... contre Boston.. la meilleure équipe de la conférence.

Benoit

Anonyme a dit…

C'est aussi bien comme ça, ils ont perdu. Le jeune s'en serait pas remis. Je suis certain que le père a pensé à cela... contre Boston.. la meilleure équipe de la conférence.

Benoit

unautreprof a dit…

!!!!

iikabliss a dit…

Quelle belle histoire de rejet. C'est une brique de plus dans l'instabilité émotive de ce jeunot. Après on dira que les parents n'ont pas la responsabilité du dérapage de leur enfant? Pfffuit....ben voyons!

Encore des parents qui pensent à leur nombril, leur besoin avant ceux de leur môme. Encore des parents qui ne méritent pas de se faire appeler papa et maman. Encore des parents pas futés, qui doivent revendiquer leurs droits avant de mettre à l'avant scène leurs devoirs et responsabilités.

...au moins ce jeune garçon a son prof de musique ;-)

J'ai mal à te lire.

Anonyme a dit…

Beaucoup de jugement à sens unique ici - on se demande quelle société entoure une famille sans doute toute dysfonctionnelle grâce à tant d'amour collectif - maman ours - papa ours et matante ours ont sans doute jamais eu cette chance dans leur vie - et qui dit que le môme a pris ça dure - pas tout le monde qui fête son anniversaire avec Ronald McDonald.

Prof malgré tout a dit…

Iikabliss : Ce n'est pas mon élève. J'ai fait l'écriture du projet avec lui et sa classe, mais ils ne sont pas dans l'école où j'enseigne la musique.

Anonyme :

Faut briser la fameuse roue: "Mon père ne l'a jamais fait pour moi, alors..." Mon père faisait en moyenne une activité par année avec moi. Au hockey, j'étais le seul qui n'était pas accompagné d'un parent. À quatre ans, ma mère me laissait seul à la maison pendant plus d'une heure... Même ma connasse de travailleuse sociale était sans mots devant certaine situation.

Vous croyez que je vais faire la même chose avec mes mômes?

Le kid l'a pris dur, très dur. C'est le genre d'enfant qui te dit un mois à l'avance que ce sera sa fête. Un carencé...

J'lui enseigne pas la musique, mais disons qu'il prenait assez de place lors des séances d'écriture dans sa classe... C'est un sensible.

Je ne sais pas si vous avez des enfants, mais j'n'en connais pas qui ne prendrait pas ça dur. La résilience, ça a ses limites.C'est souvent les enfants en foyer d'accueil ou dans les milieu les plus difficile qui tiennent le plus à leur anniversaire. Pourquoi?

Espoir?

Mais je vous l'accorde : notre jugement est à sens unique.

Le professeur masqué a dit…

PM?T: des vrais fafanes.

Prof malgré tout a dit…

Prof masqué : ???

Zed Blog a dit…

Moi aussi, j'ai mal à te lire.

Comment fabriquer des adultes épanouis et confiants en eux et en la vie...

Zed ¦X --- ¦(

Sylvain a dit…

Premier mot qui m'est venu à l'esprit : *&?@#*&@? !!!

Deuxième groupe de mots : pis ça peut se reproduire, ÇA, pendant que tant espèrent tant mais n'ont pas la fertilité requise ?!?

3e-mement : euh... totu simplement pathétique, je manque de mots !

4e : pendant ce temps, je connais des gens qui viennent de perdre un enfant de 4 ans et qui n'auraient jamais fait ça, ce que tu décris, etc...

Comme disait le Caliméro de mon enfance : c'est trop injuste !

Dobby a dit…

J'ai beau me la répéter et me la répéter cette histoire, je n'arrive pas à faire autrement qu'à "juger à sens unique". Hey oui... des fois dans la vie il y a des sens unique. Des fois il n'y a juste tout simplement pas de bonnes raisons à un tel comportement.

Et le petit a espéré jusqu'à la dernière minute, c'est ça le pire. Et je le comprends. Quand à 4 ans j'entendais mes parents, lorsque je me réveillais vers les 22h ou 23h, jouer dans un sac de chip dans le salon à côté de ma chambre dans notre minuscule 4 et demi, j'espérais. J'espérais en avoir le lendemain. J'espérais qu'il y aurait un ou deux morceaux de chocolat en plus. Que je retrouverais ça sur ma table du dîner, en surprise. Et je désespérais aussi: et s'ils ne m'en laissais pas, et s'ils mangeaient tout...

Ben savez-vous quoi? Mes parents m'en ont TOUJOURS gardé. Même les fois où je ne m'étais pas réveillée pour les entendre. Une surprise qui M'attendais pour le midi ou le soir. C'était déjà rare qu'ils achètent des cochonneries, mettons une fois par mois, ou même moins, mais ils se faisaient un point d'honneur de me le donner à moi aussi. Parce que, ma mère disait, "tu fais partie de la famille. Si on ne peut pas se payer qqch pour les trois, bien il n'y en a pas point." Ça a toujours été comme ça. Et pour plein d'autres choses, j'étais toujours incluse. Et la première en ligne de pensée. Malgré que mon père faisait un salaire de crève-faim pour 3 personnes, on arrivait. Ou ils arrivaient à me nourrir/divertir/habiller la première.

Alors... ouaip mon jugement est à sesn unique. Parce qu'il n'y en a qu'un sens ici. Ton enfant en premier. Pas tout lui donner, nah... juste l'aimer et l'inclure, et le faire passer avant ses propres intérêts. Avant les autres. Me semble qu'un enfant, SON enfant, c'est plus important qu'une "matante". Surtout à sa fête. Mon père a jamais eu ça dans sa vie, lui non plus... et pourtant jamais il n'a arrêté de penser à moi en premier dans toutes ses décision.

Anonyme a dit…

Ce qui est étonnant c'est que tous semble connaître à fond la situation sans se poser trop de question, un jugement "à sens unique" en effet.

Je me suis demandée pourquoi cette invitation à la matante ! P't'être que y'a une super raison. En fait je pense que c'est la mère qui aurait pas du y aller, c'est connu c'est toute la faute des mères ! Tant qu'à tomber dans le jugement dernier ! Parce que socialement personne a de responsabilité la dedans ! Pour bien faire on devrait se cotiser et donner une bonne paire de billets à ce jeune et une famille d'accueil solide qui a les moyens d'aller à la Cage aux sports et les moyens (connexion, équipement et formation et éducation citoyenne) d'accéder à ce genre de blogue pour donner son point de vue.

Lapsus a dit…

la tante, elle pensait à quoi? Des féfans effectivement...pour un adulte, ce n'est même si trippant que ça aller voir le CH...

Prof malgré tout a dit…

Anonyme : Héhéhé... Vous êtes du genre à nier l'holocauste, hein?

iikabliss a dit…

Anonyme peut bien l'être pour pas oser assumer ses arguments de fond de brasserie.

C'est pas des parents qu'il a ce jeune garçon. Ce sont des égoistes égocentriques.

Quel parent qui prend son rôle adéquatement oserait faire passer son petit plaisir avant celui de son enfant? C'est pas un parent, c'est un nombril.

Zed Blog a dit…

J'aime quand t'as pas la langue dans ta poche, PMT. Des fois, Ça s'impose.

Zed

Anonyme a dit…

J'arrive tard... et
ça donne furieusement envie d'imposer le permis de reproduction.

Bizarrement, je suis de l'avis de Garamond: qui c'est cette tarte de tante qui dit OUI?

Chron. B.

Anonyme a dit…

Évoquer l'holocauste à la légère comme ça.... ça doit être encore la faute des parents de quelqu'un...

Au prix et à la rareté des billets c'est certainement les adultes qui passeraient en premier dans bien des familles. Pleins de très "bonnes familles" ne font pas des fêtes d'anniversaire ou autres des moments de célébration incontournable.

Une des causes de ce "drame" ne serait-elle pas cette marchandisation du sport !

SaintePaix a dit…

Après ça, on se demande pourquoi de jeunes adultes pètent les plombs! C'est de la cruauté mentale qu'ils font ces parents-là! La "matante" est pas plus fine! Je ne comprends PAS! Peut-on être imbécile à ce point? Ou bien parce qu'ils n'ont jamais reçu d'amour ni d'attention, ils sont incapables d'en donner? Faudrait trouver une autre famille à cet enfant.
SaintePaix :-(

Le professeur masqué a dit…

PMT: des fafanes (de l'expression fans). Expression consacrée par Réjean Tremblay, chroniqueur sportif à La Presse, pour désigner les adorateurs débiles de la Saint-Flanelle.

Anonyme a dit…

Vraiment triste...

zviane a dit…

Ben c'est sûr que l'histoire contée de même, c'est vraiment dégueulasse, et que ça existe, et que c'est déprimant...

...mais je serais prête à parier qu'il manque un paquet de détails dans cette histoire. Comme quoi, si je voyais les parents, j'attendrais un peu avant d'aller leur cracher dans la figure. Dans un blog on synthétise tout et forcément on s'éloigne de la réalité... J'en connais un p'tit chapitre là-dessus, mettons.

Anonyme a dit…

Pour avoir travaillé 30 ans avec des jeunes et des moins jeunes poqués, je vous dirais que ce jeune dès qu'il aura un ou deux bébés avec la première venue passera dans le camp des parents qu'on juge. La ligne est mince entre le pôvre petit et ses parents - alors que le fossé est large entre les biens pensant et la réalité qui nous appartient à tous.

Neil Obstat a dit…

... Imaginez, j'ai un couple d'amis infertile qui cherche a avoir des enfants depuis des années. Ils en sont rendus a l'adoption et doivent passer des test et des tests a savoir si ils sont aptent a élever des enfants.

Pendant ce temps là, papa ours et maman ours, eux, sont au centre Bell!

Anonyme a dit…

Neil Obstat prétend que...

... Imaginez, j'ai un couple d'amis infertile qui cherche a avoir des enfants depuis des années. Ils en sont rendus a l'adoption et doivent passer des test et des tests a savoir si ils sont aptent a élever des enfants.

Et s'ils devenaient des grands frères et des grandes soeurs....

Neil Obstat a dit…

@ Anonyme

Que qui devienne grands freres ou grandes soeurs? Le couple infertile?

Anonyme a dit…

Il y a fort à parier que ces parents font payer inconsciemment à leur enfant le sort qu'ils ont eux-mêmes subi.

La violence est un cycle dont on sort difficilement sans aide.

Je doute qu'ils y parviennent un jour, faute de ressources personnelles, faute d'aide.

En général, les gens qui ont le coeur à la bonne place sont trop sensibles pour ce type de mission. Ils ne savent pas composer avec la délinquance. La violence fait peur et isole ses victimes par le fait même.

Qui veut devenir famille d'accueil?

Un jour , fiston cassera les dents au bonhomme, à momin, à matante, puis il courra les rues avec son nouveau demi-frère conçu après le match.

La vie est un dur combat!

¨Bonne fight, fiston!¨

Yannick a dit…

Et l'enfant devenu adulte ne rendra pas visite à ses parents vieillissants en foyer d'accueil, et ils seront outrés. Soupir.