07 juillet 2009

Dvořák 101

Dvořák, c’est un Tchèque. Comme vous pouvez le voir, y a un drôle de machin sur le r et ils ont balancé un accent aigu sur l’a. Je ne connais pas le tchèque et je ne sais même pas s’ils sont foutus de distiller un truc potable pour quand y a pas de scotch, mais pour ne pas avoir l’air trop con, voici comment je le prononce :

Dvor - jak.

Presque pas de d et pas d’accent circonflexe sur l’o.

Pour le reste, y a Wikipedia. Ils donnent même une prononciation, mais j’ai des doutes; ça sonne comme un robot. Rien à voir avec sa musique.

Et vous, vous dites comment?

Antonin Dvořák : Trio Op. 90 B 166 «Dumky»
4. Andante Moderato







Jean-Guihen Queyras, violoncelle
Alexander Melnikov, piano
Isabelle Faust, violon







...

4 commentaires:

Philippe-A a dit…

Les tchèques font une superbe Absinthe... encore mieux que le scotch!

Prof Malgré Tout a dit…

No way!!! De l'absinthe avec le p'tit sucre et tout le tralala?

Ils peuvent bien mettre leurs accents circonflexes à l'envers et à des places pas rapport.

Pimpette a dit…

Et aussi un alcool de genre prune ou patate ou entécas, un végétal, mais à la teneur d'alcool, ça pourrait être n'importe quoi... il est prouvé que ça décape le vernis sur le bois.

Je préfère le Dumky par le trio Wanderer, y'a une belle poigne, nerveuse.

Zed Blog a dit…

Cher BMT (blogueur malgré tout), sans vouloir t'embêter, je voudrais simplement te faire part du fait que l'ancienne adresse d'Air fou, déménagé en février (problèmes techniques alors insurmontables), n'est plus accessible. Si jamais t'as encore envie de le mettre en lien, c'est airfou2.blogspot.com.

Désolée de te déranger pour ça.

Zed ;)