23 novembre 2011

Rougeole?

« Pour les personnes qui refusent la vaccination, parce que la vaccination n'est pas obligatoire, on leur demanderait de s'exclure de l'école, c'est-à-dire pour toute la période - qui peut être de deux semaines - pour ne pas qu'ils retransmettent l'infection. Et ça vaut autant pour le personnel que les enfants », a ajouté le Dr Richard Lessard.

Source : http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2011/11/22/008-rougeole-epidemie-campagne-vaccination.shtml

C'est étrange, mais j'ai l'impression que certains membres du personnel seront encore plus convaincus que la vaccination est dangereuse...




...

20 commentaires:

unautreprof a dit…

tentant... quoique je pense être à jour, zut!

Prof Malgré Tout a dit…

Je suis pour la vaccination.Et ceux qui disent que pour le H1N1, nous avons paniqué, c'est peut-être un peu vrai, mais est-ce que chaque fois que nous attachons notre ceinture de sécurité en voiture et que nous n'avons pas d'accident, c'est de la panique?

Par contre, c'est clair que le gouvernement devrait tenir les compagnies pharmaceutiques par les rênes et éviter les abus.

Y a une image qui me revient : Amir Khadir et le ministre Yves Bolduc, main dans la main pour nous expliquer l'importance de la vaccination. Quand ces deux-là sont d'accord, on fait plus dans la science que dans la politique...

Anonyme a dit…

Avec ou sans solde, l'exclusion? LÀ est la question!

Gen la vilaine a dit…

Ma mère a une garderie en milieu familial depuis une 15aine d'années... J'en ai vu des maladies d'enfants! J'en ai aussi vu des supposément bénignes dégénérer et manquer tuer des enfants, exemple, une varicelle qui vire en mangeuse de chair.

Bref, maintenant mère de 2 monkeys, la vaccination n'a jamais été un choix dans mon cas mais bien une nécessité! Nos enfants fréquentent des milieux comme le CPE et l'école. Souvent, ces enfants ont des frères et soeurs qui fréquentent d'autres écoles ou CPE... Ça en fait un vaste foyer de contamination ça...

Sans parler des risques pour la maman enceinte qui va chercher son enfant à la garderie et qui sans le savoir, sera mise en contact avec la rougeole ou autre maladie nocive pour le foetus...

Bref, mon gros bon sens et mon respect du voisin me dit que chacun doit faire sa part en gardant les vaccins de base à jour :)

blog etc temoignage a dit…

N’ayant pu, malgré mes démarches en ce sens, faire valoir mes droits en justice - j’ai en effet contacté des responsables, des institutions et personne n’a pour l’instant voulu m’apporter son soutien, pourtant nécessaire. Cela a eu toutefois le mérite de faire passer un petit peu mon témoignage - j’ai donc décidé de faire un scandale, le plus énorme possible et c’est pourquoi je fais circuler l’adresse de deux blogs que, pour l’instant, j’ai pu publier à la suite de ces démarches infructueuses, dans l’espoir qu’à force de tapage, cela suscite suffisamment d’interrogations de la part des gens pour que je puisse enfin voir les faits que je relate au moins examinés par la justice et être entendue. C’est tout ce que je demande.

http://blog-etc-temoignage.blogspot.com/
http://swaplitteraire-nina.blogspot.com/

Prof Malgré Tout a dit…

Ta gueule, Nina... Quel parasite.

Prof Malgré Tout a dit…

Effectivement Gen, les gens se disent qu'ils peuvent passer à travers sans penser aux plus faibles. Soit maudit, Darwin!

Le pire, ce sont les pauvres connards qui croient que si tous les autres sont vaccinés, leur enfant est en sécurité. Ce qui se produit: le virus peut survivre sur leur enfant, muter et rendre le vaccin impuissant, alors qu'on aurait pu éradiquer la maladie.

C'est un peu ce qui s'est produit avec la méningite... peut-être...

N'importe quoi.

Le professeur masqué a dit…

PMT: je poursuis la réflexion sur ce sujet sur mon blogue.

Pimpette Dunoyer a dit…

Je reste fascinée par la crainte que suscite les vaccins. Si j'étais encore une historienne pour vrai, j'en ferais une étude.
On vaccine depuis le 18e siècle et les craintes restent. Je pense que la psyché de l'Homme et sa fiancée a ben du mal avec cette idée de se faire injecter de la maladie.

Les parents qui refusent les vaccins m'enragent. Déjà que c'est con de faire subir à ton flo une maladie dont il aurait pu être épargné (quelqu'un a un BON souvenir de sa picotte??), mais c'est l'impact sur toute la communauté qu'ils ne voient pas.

Qu'ils veuillent retourner au 19e siècle dans leur pratique de santé, n'est pas qu'un choix personnel qui ne regarde qu'eux, hélas.

Missmath a dit…

Serait-il possible que certaines personnes décident de ne pas se faire vacciner après en avoir analyser les risques ?

Voir un enfant unique, bébé, faire 42°C de fièvre après un vaccin alors qu'il est encore allaité et qu'il ne va pas encore en garderie... hum...

Et que dire du vaccin contre le VPH donné aux fillettes de 9 ans ? Devrait-on le rendre obligatoire pour toutes les fillettes ? 9 ans, avec l'hypersexualisation et tout ce qui se passe de nos jours, pourquoi ne pas le donner à 5 ans ?

Je n'ai rien contre la vaccination, j'ai tout pour l'éducation.

Prof Malgré Tout a dit…

Il y a parfois des désagréments après la vaccination, mais les dangers et les conséquence ne représente rien comparativement aux dommages que la maladie en question peut causer.

Pour analyser les risques d'un vaccin, internet est le royaume de la désinformation. Alors, il reste votre médecin.

La rougeole peut avoir des conséquences dramatiques et irréversible. Pas mal plus qu'une poussée de fièvre.

Mahi a dit…

J'aime pas trop m'incruster dans ces discussions parce que c'est tellement un sujet délicat, la vaccination...

Mais j'en discute souvent avec mon père, qui est médecin (pédiatre, de surcroît) et qui, contrairement a la majorité des médecins qui ne font que suivre le calendrier vaccinal qu'on leur impose, a décidé de s'informer sur les vaccins, les maladies contre lesquelles ils protègent, etc.

Bottom line : ma soeur de 13 ans n'a recu aucun vaccin, et (j'en parlais justement avec lui hier), la campagne actuelle contre la rougeole n'y changera rien.

On parle rarement du fait que les vaccins peuvent aussi avoir des conséquences dramatiques et irréversibles, pas mal plus qu'une poussée de fièvre...

Prof Malgré Tout a dit…

C'est vrai, mais les risques des complications suivant une vaccination sont minimes versus les risques de la maladie.

Bien sur, on peut toujours se dire que si tous les autres sont vaccinés, on ne risque rien... à court terme, car la maladie ne sera pas éradiquée.

Mais effectivement, ça reste un choix personnel, souvent basé sur des campagnes de désinformation.

Mahi a dit…

Voilà, il y a des risques des deux côtés, et si il y a effectivement plus de risques de complication par la maladie, il faut multiplier ce faible risque par le % de chance d'être en contact avec la maladie, qui est également très faible... bref le choix n'est pas si évident en bout de ligne, surtout si ton enfant est en bonne santé et a un bon système immunitaire (alors les risques de complications sont encore moindres).

Et c'est ça qui est important, et qu'on tend à oublier : ça reste un choix personnel. Les gens qui décident de ne pas vacciner leur enfant ne sont pas nécessairement des irresponsables - ils ont souvent, justement, fait les recherches nécessaires pour prendre une décision éclairée, plutôt que de simplement suivre ce qu'on leur dictait.

Pour moi, de faire retirer un enfant de l'école parce qu'il n'est pas vacciné, ça ressemble drôlement à de l'obligation, et j'aime pas du tout où ça s'en va cette histoire...

Prof Malgré Tout a dit…

OK. Faut avoir lu l’article au complet. On parle d’exclure les gens non vaccinés en cas d’éclosion du virus dans l’école. Il n’est pas question de refuser un enfant parce qu’il n’est pas vacciné. On veut seulement le protéger.

Y a des gens pour qui certains vaccins ne sont pas une option : allergie aux oeufs, très jeunes enfants, femmes enceintes, etc.

Ça dépend toujours du vaccin. C’est une raison de plus pour que les gens qui peuvent facilement recevoir le vaccin le fassent pour les protéger.

Quand tu parles du % de croiser la maladie, c’est vrai qu’il est assez bas. Pourquoi? La vaccination.

Je ne suis pas d’accord que la plupart des gens qui refusent le vaccin sont renseignés et font un choix éclairé. Beaucoup d’entre eux croient que ça peut rendre autiste et on flashé sur des documentaires comme «Silence, on vaccine» et autres pamphlets alarmistes. Mais bon, c’est mon opinion, basée sur plus d’une dizaine d’années à voir un certain profile chez les parents d’élèves qui refusent le vaccin. On sent plus la peur pure et simple du vaccin que le choix éclairé.

C’est correct d’avoir peur. Chaque fois que je change une corde aiguë, j’ai peur de me crever un oeil.

C’est effectivement un choix personnel, mais le problème, c’est que si certaines maladies ne sont pas éradiquées, les virus évoluent et les vaccins ne fonctionnent plus. Par contre, si le virus n’a plus rien pour s’accrocher, il disparait. On a presque réussi avec la méningite... bordel.

Pense à la polio...Imagine sans le vaccin.

Mahi a dit…

Bon, voilà pourquoi je voulais pas partir de débat, c'est quasi-impossible de s'entendre sur ce sujet...

D'abord, j'admet mon tort : j'avais pas lu l'article au complet, et par ton billet et autres commentaires lus ailleurs, j'avais eu l'impression que les élèves seraient retirés des écoles pendant les campagnes de vaccination (ce qui est tout a fait absurde), pas en cas d'éclosion dans l'école.

Deuxièmement, j'ai rien contre les vaccins comme tel. Ça a éradiqué des maladies très graves, et ça a indéniablement été une des avancées médicales les plus importantes.

J'ai surtout de la misère avec tout ce qui entoure la vaccination : la manipulation par les médias, par la peur, et aussi toute la censure qui fait qu'il est impossible de parler de façon négative d'un vaccin. Le fait qu'un parent ne peut plus décider de ne pas vacciner sans se faire traiter d'irresponsable.

Oui, y'en a qui ne vaccinent pas parce qu'ils ont peur du vaccin. Mais on peut pas dire que ceux qui font vacciner leur enfant ne le font pas par peur de la maladie... Les choix sont motivés par la peur, des deux côtés.

D'ailleurs, "Silence, on vaccine" n'est pas un pamphlet alarmise, même si beaucoup de médias l'ont "taggé" comme tel, et qu'il a ensuite été retiré de la banque de l'ONF à cause de la censure dont je parlais plus tôt. Le documentaire essaie surtout de donner la parole aux parents d'enfants qui ont probablement été victimes d'effets secondaires de vaccin, mais ces effets secondaires sont impossibles à prouver et à faire reconnaitre, donc on les tait, et les familles ne peuvent recevoir de l'aide ou des indemnisations. Le documentaire dit très clairement, en "disclaimer" au début et à la fin, qu'il ne faut pas pour autant arrêter de se faire vacciner - simplement qu'il est intelligent de s'informer le mieux possible, de ne pas nécessairement donner tous les vaccins en même temps, etc. Le problème, c'est que la majorité des médecins de famille ne savent rien sur les vaccins (autre que de suivre le calendrier qu'on lui impose), donc il n'est pas la meilleure ressource. Et qu'avec toute la censure qui est exercée sur le sujet, en plus des groupes anti-vaccin qui voient des conspirations partout, c'est presque impossible d'avoir des réponses claires.

Alors voilà. On a tellement peur que les gens arrêtent de se faire vacciner qu'on n'ose pas parler des effets possibles de la vaccination, de poser un regard critique, ou même simplement de reconnaître les effets secondaires chez les victimes. Et on vaccine un peu les yeux fermés...

(bon, désolé si c'était un peu long comme commentaire, on pourrait en parler longtemps!)

Prof Malgré Tout a dit…

T'en fais pas, on aime ça les commentaires par ici. On fait juste jaser... C'est clair que de mon côté, je tiens mes infos du milieu médical universitaire qui est clairement pro-vaccin, alors je ne connais pas bien l'envers de la médaille. Je me souviens, pour le H1N1, ma blonde qui normalement est éducatrice, avait vacciné les neuro-chirurgiens du CUSM. J'me suis toujours dit qu'ils connaissaient assez la neuro pour connaitre les risques.

Au fait, c'est quoi les risques? On sait maintenant à 100% que pour l'autisme, on était sur un fausse piste. Pour le Guillain-Barré, y a eu quelque chose dans les années 70 avec le vaccin pour la grippe porcine, mais la grippe aussi pouvait le provoquer et encore plus méchamment, je crois. Nous savons maintenant qu'en 2009, pour le H1N1, ce n'est pas arrivé.

En passant, j'suis pas en mode baveux. T'as pas le profile des gens que j'aime écoeurer et en plus, ça ne marcherait surement pas... On fait juste jaser et tu sais quoi, celui qu'on refile au jeune fille pour le cancer du col, papillo-machin, j'ai moi aussi mes doutes. Par contre, pour lutter contre les trucs qui se promènent dans l'air et tuent rapidement comme la méningite, bring it on.

Mahi a dit…

Hehehe t'inquiètes, je sais bien qu'on fait juste jaser :)

C'est clair que le milieu médical universitaire est pro-vaccin. C'est pour ça qu'ils sont formés. Mon père me disait justement que dans la looooongue formation d'un médecin, à peine quelques heures seront consacrées à la vaccination. Ils ne sont pas formés pour comprendre les vaccins, savoir exactement pour quoi ils protègents, connaître leurs effets secondaires - en gros, ils se font dire : vous avez un calendrier vaccinal a faire respecter, pis c'est ça. Si un parent veut pas... insistez. (bon, je vulgarise peut-être un peu, mais reste que quelques heures de formation, ça va pas chier loin)

C'est quoi les risques? Ben ça dépend des vaccins. Y'a des vaccins qui ont plus tendance a avoir des effets secondaires, d'autres qui sont pas mal inoffensifs. Honnêtement, je ne connais pas exactement les statistiques.

Moi aussi, quand c'est une maladie qui tue rapidement et qui se promène dans l'air (*), je suis pour. C'est pour ça que les vaccins ont été créés - pour contrer des épidémies qui tuaient des centaines de personnes. Mais la c'est rendu qu'on vaccine contre tous les p'tits virus imaginables, pour s'éviter le plus de désagréments possibles. La grippe, la varicelle... Aux states, ils vaccinent contre l'hépatite B dans les premieres heures de vie du bébé! Ben voyons!

Tk. Si j'avais un enfant, je sais pas si je le ferais vacciner. Peut-être que je lui donnerais seulement quelques vaccins. Mais je m'informerais du mieux possible avant de le faire, et je ne les donnerais pas tous en même temps!

(* parenthèse méningite... tu sais, la soit-disant "épidémie" qu'il y a eu genre dans les années 80-90? Moi j'étais au primaire... mon père à refusé de nous faire vacciner, moi et mon frère. Il regardait les statistiques, et y'avait pas vraiment plus de cas de méningite que d'habitude au Québec... seulement les médias les recensaient tous, créant ainsi une fausse panique... C'est tellement facile de semer la peur!)

ameli a dit…

Peut être que quelqu'un lui a prétendu que la vaccination est a des effets secondaires et c'est pour cette raison que certains hésitent.

Bob a dit…

les non-vacciné(e)s sont contagieux?
c'est les vacciné(e)qui sont contagieux, ils doivent rester à la maison un mois après la vaccination pour mourir en paix du syndrome post-vaccins,ensuite ils en font du baloney chez shneider. je ne suis pas cynique,c'est la froide réalité.ce N'est pas grave si vous ne publier pas mon com.je viendrai quand même pour votre humour qui m'aide à respirer.