09 juin 2008

Conflit d'horaire

Dans le cadre du renouveau pédagogique, nous nous devons de respecter le rythme de chaque enfant. Même de ceux qui auraient dû reprendre l’année précédente, mais qu’on n’a pas coulés...


Difficile, mais au moins, on comprend ce qu’on veut de nous...

Maintenant, pour aider les parents à accompagner leur progéniture dans les méandres scolaires, on nous demande de rendre public à quel moment de l’année l’enfant apprendra certaines notions, par exemple, les divisions.

Y a pas conflit d’horaire, là?

Mais non... Même que la réponse est même simple : quand l’enfant sera prêt.

Hein? Pas acceptable comme réponse? Trop difficile à entrer dans un agenda électronique?

Le plus troublant, c’est que ce sont les mêmes personnes qui font les deux demandes, et croyez-moi, ils ne travaillent pas dans une école.









...

5 commentaires:

Le professeur masqué a dit…

Tout cela, c'est de la politique, pas de la pédagogie.

Anonyme a dit…

Cela dit, sans nous dire quelle matière l'enfant apprendra, pourrait-on au moins savoir ce qu'il est déjà censé savoir? Des fois, la communication est difficile entre parents et école...

Prof malgré tout a dit…

PM : J'ai l'impression d'avoir déjà entendu ça quelque part...

Anonyme :Pour savoir ce que l'élève est censé connaitre, y a rien comme le programme!

http://www.mels.gouv.qc.ca/DGFJ/dp/programme_de_formation/primaire/prform2001h.htm

Choisissez la matière, puis vers la fin, après les explications des compétences, il y a la section "savoirs essentiels". Par contre, attention : nous ne devons pas évaluer l'acquisition de ces savoirs. Nous devons seulement nous assurer qu'ils sont acquis, mais ce sont les compétences que nous évaluerons.

Par contre, j'ai déjà laissé comme commentaire à des parents sur le bulletin que leur enfant avait acquis ces savoirs de façon exceptionnelle. Le jeune était seulement un peu gauche à l'instrument. Comme j'évaluais la compétence "interpréter des oeuvres musicales" à cette étape, je me devais de préciser. Il pense comme un A+, mais il joue comme un C- (j'n'ai pas dit ça comme ça...). C'est souvent dû à un petit retard moteur et ça se place avec le temps.

Anonyme a dit…

Le problème avec l'évaluation des compétences, ce n'est pas tellement la validité du système (pour ce que j'en sais), mais la divergence entre les balises du parent et le visage actuel de l'école. Parfois, j'ai l'impression d'avoir changé de pays et de regarder mes enfants évoluer dans un système d'éducation différent du mien. Mes repères sont totalement "déphasés".

Mais merci pour le lien, je l'ai déjà inscrit dans mes favoris (pour consultations ultérieures). Ça, ça me dit quelque chose! Le sentiment de perte de contrôle quand l'enfant entre à l'école est terrible pour le parent...

L'anonyme qui s'appelle Gaëlle

Prof malgré tout a dit…

Gaëlle : Personnellement, je ne crois pas que toutes les matières devraient être évaluées pas compétence. Par exemple, en Histoire, je comprends qu'on peut être compétent, mais au primaire, le savoir serait un fichu bon départ.

Par contre, en interprétation musicale, le savoir ne sert pas à grand chose quand on ne réussit pas à jouer les notes...

Un jour j'ai lu un truc qui m'a vraiment marqué :

"Plus que tu sais d'affaires, moins t'es épais"

J'adhère.